Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 15:46

« Aimer à en perdre la raison » : ma relation avec l’argile, par Richard Brodesky, membre de l’Eglise unitarienne-universaliste de Tucson (Arizona) et membre du Conseil de l’Eglise unitarienne francophone (EUfr), texte paru à la Une du bulletin n° 105 de juillet 2010 de la Correspondance unitarienne.

pottery-May-2010-031.jpg

 

Puisque je suis potier, je voudrais que vous passiez la matinée avec moi dans mon atelier. Cet atelier est mon coin spécial et il se trouve dans mon « car-port », un peu comme une garage, faisant corps avec à la maison mais pas entièrement fermée. Grâce aux ouvertures, je peux travailler tout en me sentant proche de la nature. Je ressens le soleil brillant de l’Arizona du sud et j’entends les « ou-ous » des colombes. De temps en temps, j’ai l’occasion de recevoir la visite de « monsieur Du Chat », le chat sauvage entretenu par certains voisins et qui nous aide en mangeant des souris.

Aujourd’hui, c’est lundi et j’aime commencer la semaine en faisant un bol. J’en fais un chaque semaine pour une manifestation qui aura lieu en novembre où tous les potiers de Tucson vendent leur production pour gagner de l’argent et le donner à une fondation qui nourrit les pauvres.

En prenant un morceau irrégulier d’argile, je respire lentement et je dis à l’intérieur de moi-même « Mera antara timira mitao. ». C’est le refrain d’un chant hindi *qui veut dire : « Ote les ténèbres qui couvrent mon cœur. ». Et je respire encore une fois. Je voudrais m’ouvrir à l’argile. J’examine mon état d’âme. Oui, je voudrais faire un bol, mais si le désir devient trop impatient ou si la volonté se fait zèle, n’aurais-je pas alors des difficultés ?

* langue indo-aryenne parlée en Inde du Nord.


J’ensevelis mes doigts dans l’argile, laquelle est molle et un peu fraîche. Je me sens déjà mieux. C’est le début d’une aventure où, l’argile et moi, nous allons devenir une unité en dansant ensemble. Je réfléchis aux éléments que comporte l’argile : il y a bien sûr de la terre et de l’eau, mais il faut considérer qu’au début, ce morceau d’argile a été expulsé des entrailles de la terre par un volcan et il a commencé son existence comme magma. Après avoir refroidi à la surface de la planète, les actions du vent et de l’eau l’ont réduit en poudre. J’entre dans le temple des quatre éléments mystiques : terre, eau, feu, et air.

Je prends mon argile et je la mets sur ma table de travail, puis quelques moments pour rouler et pousser mon argile. L’argile se présente sous forme de plaquettes, et, pour mieux travailler sur la base pivotante, il faut les diriger dans le même sens. En roulant et poussant à la fois, je forme un bloc. Mais au même temps, je fais mon travail spirituel car cette formation me donne un peu de temps pour laisser les affaires, les responsabilités et autres soucis. Je peux moi aussi commencer à me diriger dans un seul sens.

Enfin je suis prêt à mettre mon argile sur la base. J’ai maintenant une espèce de pyramide arrondie mais irrégulière au centre de mon outil. La méditation quotidienne de ce matin ne nous conseillait-elle pas d’orienter notre cœur vers le divin (lien ) ?

Je commence à faire tourner la base. Je mets mes mains autour de l’argile et je commence à l’écouter au travers de mes paumes et surtout avec mes doigts. J’exerce une pression égale mais douce sur l’argile et, pendant que la roue tourne, l’élévation devient beaucoup plus arrondie et lisse. En effet, j’ai maintenant un tout petit cône. Et mon état d’âme a beaucoup changé, me voilà plus au centre et plus reconnaissant du divin partout, dans les cônes des volcans d'où provient mon argile et dans le cône au creux de mes mains que l’argile, la base pivotante et moi même avons créé ensemble.

Je pousse sur l’argile verticalement vers l'axe de la base pivotante et, par ce mouvement, je descends au cœur de mon être. Maintenant, l’argile est plus plate et ressemble à un gâteau. Comme le gâteau qu’on offre aux invités, ce gâteau d’argile s’offre à mon art.


J’emploie les pouces pour ouvrir le cône d’argile. Et ici je commence à faire le fonds de mon bol. En réfléchissant à mon bol, je me rends compte qu’un bol est féminin parce qu’il reçoit de la bonté et il est masculin par ce qu’il nous offre de contenu.

Mais je vais plus profondément dans ma méditation parce que je perds la distinction entre l’argile et moi. Nous sommes maintenant une seule unité enlacée. A vrai dire, chaque fois que je touche à l’argile, ce matériel n’est plus au centre de l'axe de la base et il faut que je corrige ce que je viens de faire à chaque coup. Autrement dit, en vivant, on arrive au centre où on se combine entièrement avec le divin, mais en agissant on perd cet équilibre. La poterie nous révèle comment la rétablir.

Une énergie créatrice réunit l’argile et moi et nous continuons la danse. Comme un couple qui fait un pas de deux dans la danse classique, on est deux êtres mais c’est l’ensemble qui compte parce que cest lui qui procure de la beauté. Cette combinaison forme ensuite les murs d’un cylindre que l’on raffine progressivement.

Maintenant je voudrais vous faire part de quelques réflexions sur ce qu’on vient d’achever ensemble. D’abord, on comprend que l’argile et les êtres humains émettent des charges électriques. Elles sont infimes, je dirais même minuscules, mais elles existent. A cause de ces charges, l’argile peut se défaire complètement si on ne s’approche pas d’elle dans un état d’âme adéquat. Et elle répond à nos mouvements et sentiments comme un partenaire.

Mais la création d’une poterie comprend beaucoup plus. Mes professeurs m’ont conseillé de méditer sur mes oeuvres comme si chaque objet représentait mes pensées et mes sentiments au moment de sa naissance dans une forme définitive. Alors, je me prépare intérieurement avant de travailler et je maintiens cet état en travaillant. Je ne voudrais pas que l’utilisateur mange quoi que ce soit dans un bol qui puisse lui apporter de la colère, de l’impatience, des excès de zèle ou des malheurs.

Je vous propose enfin un modèle du divin comme hologramme*. On ne peut pas diviser un hologramme : si on le coupe, chaque morceau continuera à montrer l’image totale. C’est pareil quand il s’agit de la spiritualité et de la nature. Chaque plante, animal, atome, pensée, sentiment, action, création fait partie du Tout divin, mais il le contient à la fois. Ainsi ai-je découvert qu’en faisant de la poterie, je participai à l’action créatrice du divin, mais il y a aussi une action réciproque par laquelle le divin continue toujours à me modeler de mieux en mieux.


* hologramme : une image obtenue par holographie, c’est-à-dire par une méthode de photographie en relief utilisant les interférences produites par la superposition de deux faisceaux laser, l’un provenant directement de l’appareil producteur, l’autre réfléchi par l’objet à photographier.

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 10:13

Le bien et le mal

 

Si à quelqu'un / Tu fais du bien. / Illico... oublie.

Si quelqu'un / Te fais du bien. / Jamais ne l'oublie.

Le mal / Qui nous fait / Mal,

N'est pas celui / Qui nous atteint,

Mais celui / Qu'on fait / À notre prochain.

 

Fraternellement,  Roger GAU (sur son site personnel )

message au groupe  des Unitariens francophones, le 12 mai 2010

 

ndlr : les paraboles de Jésus nous désignent comme le prochain non pas le voisin ou le plus proche, mais au contraire le Samaritain, l'étranger, celui qui est le plus loin de notre quotidienneté.

 

Mohammed--Jesus-et-Bouddha.jpg

 

écoutons les enseignements des sages de notre Humanité : ici, Muhammad, Jésus et Bouddha

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 07:41

Notre Eglise a décidé d'élargir son Conseil avec des francophiles gommant ainsi la distinction entre francophones, pour qui la langue française est maternelle ou encore la langue officielle de leur pays, et francophiles, dont c'est la langue apprise et qui l'aiment. Cela correspond aussi au développement de nos relations extérieures et à la dimension internationale au-delà des seuls pays francophones que notre Eglise a acquise avec Christiane à Philadelphie (en Pennsylvanie), et maintenant Richard à Tucson (en Arizona) ; bref à une Francophonie rayonnante et accueillante !


Opportunément, mais sans qu'il y ait eu de lien entre les deux flux, la cooptation de deux nouveaux membres, Jean Monod et Richard Lewis Brodesky, compense le départ de deux membres : Noëlle Colle et Alain Lauzet. Nous remercions vivement les partants d'avoir été parmi les pionniers de notre Conseil et nous souhaitons la bonne arrivée à Paulo et à Richard. Il s'ensuit que le nombre des membres de notre conseil est toujours de 7.


theologie_cathedrale_Laon-copie-1.pngJean Monod habite à Laon, en France. Il participe à l'alphabétisation des immigrés. Il adhère aux idées du protestantisme libéral et participe au groupe de discussion de la revue Théolib sur Google. Il est en contact avec la mouvance unitarienne depuis avril 2008 ; Il est membre de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) (lien ) depuis cette année.



richard_brodesky_portrait.JPGRichard Lewis Brodesky est Américain et membre de l’Unitarian Universalist Church of Tuscon (UUCT) (lien ) dans l’Arizona. Professeur d’anglais à la retraite, il s’intéresse à la spiritualité des Amérindiens (lien ) et au soufisme post-coranique qui part aussi de la contemplation de la Nature (par exemple avec l’enseignement de l'Indien hazrat Inayat Khan, 1882-1927, promoteur d’un soufisme universel ouvert à toutes les religions).

 

Il est par ailleurs artiste potier (lien) et s’est engagé dans le programme d’aide aux populations pygmées lancé par notre Eglise en partenariat avec l’Eglise unitarienne Lisanga ya bandimi na Nzambe de la République démocratique du Congo (lien).

 

Il a séjourné en France et fait des études à la Sorbonne à Paris. Durant ce séjour étudiant il a été « adopté » par une famille française de Bordeaux à laquelle il rend visite tous les deux ou trois ans.

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans le Conseil
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 05:08

richard_brodesky_poteries_mai_2010_-2.jpgrichard_brodesky_poteries_mai_2010_-1.jpg

 

Richard Brodesky est un professeur d'anglais maintenant à la retraite. Parmi ses loisirs, il exerce ses talents de potiers et prépare une exposition vente pour septembre prochain. Celle-ci sera exposée à l'Eglise unitarienne-universaliste de Tucson, en Arizona, dont il est membre, et qui dispose d'un hall qui sert souvent de galerie pour exposer des oeuvres d'artistes. Les produits de cette vente seront partagés entre son Eglise et le  soutien au programme d'aide aux populations pygmées de l'Eglise unitarienne francophone (EUfr) (lien)

 

richard_brodesky_poteries_mai_2010_-4.jpg

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans aide aux populations Pygmées
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 11:15

navajo_pays.JPG

 

Me promenant dans la Beauté / me promenant, me promenant avec elle / L’univers entier m’accompagne en cette promenade / Sa beauté marche devant moi / Sa beauté marche derrière moi / Sa beauté marche au-dessous de moi / Sa beauté marche au-dessus de moi / la Beauté est de toute part.

 

Je marche / et je marche avec la Beauté / dans la Beauté, je peux marcher / Je peux ainsi marcher toute une journée /et puis tout au long des cycles des saisons / En toute beauté, je possèderai encore une fois / les plus beaux oiseaux / ceux qui sont beaux et joyeux /Sur la piste gravée de pollen où je me promène / des sauterelles sautent autour de mes pieds pendant que je me promène / de la rosée sur mes pieds pendant que je marche /


Que la Beauté m’accompagne / Elle, devant moi / Elle, derrière moi / Elle, au dessus de moi / Elle, tout autour de moi / Et l’âge venu, je me promènerai encore, bien vivant, sur la piste de la Beauté / Je m’y promènerai toujours / jusqu'à finir dans la Beauté.

 

prière traduite de l'anglais par Richard Brodesky

(Unitarian Universalist Church of Tucson, UUCT, Arizona)

et interprêtée librement par Jean-Claude Barbier

(Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens, AFCU, France)

 

quelques explications apportées par Richard Brodesky

 

Chez les Amérindiens, il n’y a pas seulement les quatre directions ordinaires de la boussole, mais sept : nord, est, ouest, sud, zénith, et nadir (à l'opposé du zénith, donc ne se voit pas), mais c’est le "partout" qui nous intéresse ici. Il y a certaines entités qui peuvent être partout par exemple le divin, l’air, l’amour ou la poussière.  Alors cette prière nous parle de ce qui existe dans tous les sens du terme et qui doit être respecté pendant toute notre vie. 


Vous verrez aussi des références aux sauterelles et à la rosée.  Au lieu de penser que ce ne sont là que des détails poétiques, ces mots  attirent notre attention sur ce qui est important ... puisque que tout détail fait partie du Tout. 


Le terme « la piste gravée de pollen » est importante dans la culture navajo.  Le pollen béni s’emploie chez les Navajos dans les cérémonies et surtout dans les dessins de sable d’un shaman lors des séances thérapeutiques.  Le pollen est sacré car il donne la vie et la renouvelle.  Par conséquent, l'itinéraire de chaque personne, dans la vie, est sacrée. 


La dimension temporelle est, elle aussi, importante : la journée, les saisons, le cycle d'une vie avec sa fin.  Un temps qui confine à l'espace comme à un horizon commun.


La marche est sans cesse rappelée : c'est le sentier des Indiens où chacun doit mettre le pas dans celui des ancêtres.  Si l'on quitte la piste pour un moment ou pour une pensée ou un sentiment ou une action, il y aura risque d'égarement.


Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans un espace de prière et de méditation
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 11:09

pygmees_artisanat_congo_4.JPGUn groupe d'entraide a été lancé sur Facebook sous cette dénomination afin de mieux aider ces populations. Pour ceux qui ont déjà une page sur cet espace relationnel, taper tout simplement "Pygmées". Merci les aider.

 

Pour information, voir le site de l'Eglise unitarienne de la République démocratique du Congo "Lisanga ya bandimi na Nzambe" qui est hébergé sur celui des chrétiens unitariens francophones.

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans aide aux populations Pygmées
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 15:56

URGENCE HUMANITAIRE : avec l’Eglise unitarienne « Lisanga ya bandimi na Nzambe » de la République démocratique du Congo (ex Zaïre), et en partenariat avec l'Eglise unitarienne francophone (EUfr) et l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), aidons les populations pygmées qui sont durement touchées par les guerres. Pour information et contact (lien)

 

pygmees_artisanat_congo_18.JPG

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans aide aux populations Pygmées
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 08:38

Jean-Claude-Barbier--portrait--mai-2008.jpgJean-Claude Barbier (Bordeaux) - Pascal au XVIIème siècle mettait en contradiction l'infiniment petit (l'homme) et l'infini grand (Dieu), mais nous, hommes du XXIème siècle, nous savons que nous faisons partie à part entière de l'Univers et que nous y avons toute notre place; que tout y est interdépendant, que tout y est en continuité. Avec Marcel Légaut rappellons la vocation à chaque être d'y grandir (lien ). Soyons donc fiers de vivre, nous et les nôtres, et grandissons en conscience et en sagesse. Aidons aussi les autres à grandir et grandissons tous ensemble.

 

Je prie la Source de la vie avec les mots de Marcel Légaut. Dieu, nous sommes tous tes fils, avec Jésus et tous les prophètes, avec tous les sages d'hier et d'aujourd'hui, avec tous les êtres vivants de ta Création, de la planète bleue, de l'univers infinie. Alléluia !

 

J'ai allumé le calice des unitariens et j'ai pensé à tous ceux qui souffrent dans leur chair. A tous ceux qui nous ont fait part de leur souffrance (lien), à tous ceux dont la croissance passe au travers des épreuves de la vie comme d'un champ de ronces. Je pense tout particulièrement à Richard et à ses parents d'adoption français qui sont touchés par la cécité, et aussi à tous nos amis Africains touchés par les maladies et à nos soeurs Pygmées qui ont été et sont encore violées en République démocratique du Congo dans le contexte des guerres civiles qui y sévissent.


Mercan-Dede.jpgYohann Amal (Bordeaux) - Cher Jean-Claude, merci pour ces paroles, ainsi que pour la prière de Marcel Légault, si particulière et si profonde. Lorsque je la lisais, elle me semblait être, dans ses vers rythmée, comme une respiration et cela m'a fait penser au souffle de Vie qui nous anime.

 

Je n'ai pas allumé mon calice aujourd'hui, mais j'ai pensé à vous tous : ceux que je côtoie sur le forum ainsi que ceux dont la parole me manque, à cause de leur soucis de santé ou pour d'autres raisons qui leur sont personnelles. Et je peux le dire : j'ai eu un pincement au coeur. J'ai prié pour celles et ceux qui sont touché(e)s dans leur chair et dans leur esprit. J'ai aussi remercié la Source de Vie pour sa Présence dans nos existences.


garret_shuton.JPGGarret Shuton (Liège) - Je me joins à vous pour cette célébration. Malheureusement, je n'ai pas trop de temps. Bon dimanche.

 

Rejoignez nous et envoyez votre partage à ce contact.

Il sera mis en ligne sur cette page dans les meilleurs délais.

ou encore, utilisez les "commentaires"

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans notre culte mensuel
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 15:18

Marcel-Legaut--photo-a-la-Une-du-site.jpgIntroduction :

Etre devant soi pour être devant Dieu, c’est porter lucidement sa condition d’homme, c’est en saisir l’aspect dramatique ; jeté dans la vie, solitaire, à mi-chemin sur la voie pour devenir soi-même, dans les ténèbres intérieures parfois et sans cesse au milieu des contingences éphémères de tous ordres qui dissipent ou qui troublent ; et cependant par la foi et la fidélité entrer peu à peu dans une existence qui se manifeste unique dans son unité, sa consistance et sa stabilité. C’est aussi épouser cette condition, en rendre grâce, et par cela, affirmer son espérance et sa foi.

Infimes, éphémères / mais nécessaires,
ensevelis dans l’immense / mais conscients,
perdus dans l’innombrable / mais uniques,
façonnés d’éléments complexes et ambigus /

mais encore essentiellement simples,
limités de toutes parts / dans le faire et le dire, /

mais en soi proprement mystère,
inachevés par nature / et sans cesse perturbés /

mais en puissance de s’accomplir.

Livrés aux lois de la matière et de la vie, /

liés sans recours aux cadences des tempset des lieux /

mais libres et responsables en notre centre même.
Sujets au malheur /  voués à la mort / mais appelés à être.
Solitaires parmi des solitaires / qui se côtoient plus qu’ils se connaissent /

mais sur le chemin de l’Unité ...

Très improbables / dès la naissance / toujours plus improbables / dans la croissance.
Tâtonnant face à l’inextricable, / trébuchant affrontés à l’impossible, /

sollicités sans cesse vers le moins-être,
par la foi et la fidélité /

nous existons dans la stabilité / au milieu de tout ce qui se dissipe,
nous devenons avec sécurité / au milieu de tout ce qui se corrompt.


Héritiers d’un labeur immense, / visités par une présence /

qui appelle plus qu’elle ne commande,
poussés, soulevés, sollicités, / élevés au-dessus de nous-même,
émergeant de la servitude, / atteignant à la liberté,
ouvriers d’un avenir sans fin
inséparables de vous, mon Dieu, / nous vous magnifions !
Quel que soit notre destin / même misérable, même tragique,
Nous sommes pour votre plénitude. / Elle est notre béatitude.


Quand nous serons purement nous-même / à notre place dans le réel
au-delà du faire et du paraître, / hors des plaisirs et des souffrances,
des désirs et des projets, / des soucis et des angoisses,
nous partagerons la joie d’être / avec l’ensemble des vivants
qui dépassent l’appétit de vivre, / ces échos de votre bonheur


Père -
pour le croire en vérité / malgré tout ce qui le nie,
donnez-nous la force de porter / en votre présence
nos misères dans la dignité / notre grandeur malgré nos pauvretés
notre être en devenir / dans son autonomie
au cœur des contingences / tout au long de la vie.


Que notre foi / dans sa nudité /

par son enracinement en nous / l’emporte sur notre cécité.
Que notre parole / dans sa vérité / par son action sur nous /

affermisse nos pas / sur le chemin de l’être.

 

Marcel Légaut (1900-1990)

voir une présentation de son oeuvre sur le site des chrétiens unitariens

 

 

ajout du 26 juin 2010, échange de courriels entre Jean-Claude Barbier et Antoine Girin :


Les unitariens francophones ont mis la prière de Marcel Légaut dans l'espace de prière et de méditation de leur Eglise. Jamais un chrétien n'avait prié ainsi ! Sa prière trouve tout naturellement sa place ici dans cet espace ouvert à toutes les fois et sagesses du monde. Enfin un christianisme non culpabilisant et entièrement humaniste sous le regard d'un Dieu Amour, celui des évangiles. Etonnant, bien en avance de notre modernité. Bonne prière avec Marcel Légaut, un sacré bonhomme, un christique au sens fort du terme ! (Jean-Claude Barbier).

Je te remercie, cher Jean-Claude, c'est merveilleux d'être en communion. L'avenir est à l'inter-religieux que tu promeus vaillamment. En fraternelle sympathie. Antoine (A. Girin, éditeur du bulletin « Quelques nouvelles » des Amis de Marcel Légaut, courriel du 1er mai 2010)

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 14:17

La petite Sara (9 ans) a été baptisée ce dimanche 11 avril au Foyer de l'âme à Paris, selon le rite de l'Eglise réformée de France (ERF), laquelle accepte les baptêmes d'enfants. Le baptême a été donné par le pasteur Pierre-Jean Ruff, par ailleurs conseiller de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Dans ce contexte, ce sont les parents, Séverine et Gaël, qui se sont engagés et voici ce qu'ils ont dit à leur fille :


Sara

 

Nous croyons qu'en Jésus Christ, Dieu ouvre devant nous une voie nouvelle où tout est gratuité, amour et liberté. Dieu nous accompagne dans notre vie, y apportant sa lumière. Nous souhaitons que plus tard, tu puisses toi même faire la même expérience et t'engager sur le même chemin.


Dans cet espoir, nous promettons de respecter ta personne et de ne jamais chercher à fausser ton esprit ou à restreindre ta liberté de pensée. Nous promettons de te dire ce que nous croyons, avec les mots de tous les jours et nous nous efforcerons d'y accorder notre vie afin que nos paroles soient crédibles.


Nous promettons de t'aider dans tes recherches. Nous promettons de te conduire vers la tolérance, l'accueil de tous les hommes, le don de toi dans le service que tu auras choisi. Nous promettons de tout mettre en oeuvre pour que tu attribues davantage de sens aux actes de la foi qu'aux mots de la religion. Nous promettons de te préparer à recevoir la certitude que Jésus Christ est le Seigneur. Dieu nous donnera la force de tenir notre promesse.

Repost 0
Published by Séverine et Gaël Guillarme - dans nos faire-part
commenter cet article

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche