Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 10:16

Si notre Eglise historique est " vieille " de plusieurs siècles : l’Ecclesia minor des Frères polonais (1565-1658) et l’Eglise unitarienne de Transylvanie (depuis 1568), notre Eglise " linguistique ", ici présente, est quant à elle toute jeune : nous fêtons aujourd’hui son tout premier anniversaire car elle fut fondée le 2 juin 2008 par Jean-Claude Barbier (pour le compte du réseau de la Correspondance unitarienne), à son retour du Canada où il avait été invité à la rencontre annuelle du Conseil unitarien du Canada (CUC) à Ottawa du 16 au 19 mai 2008.

Fondation d’une Eglise " linguistique " dans la suite immédiate de l’Appel francophone d’Ottawa (lien) qui avait été lancé dans le cadre de cette rencontre nationale canadienne afin de valoriser les diverses langues autres que l’anglais (laquelle est la langue utilitaire pour tous les unitariens du monde entier) afin de faciliter l’internationalisation de notre foi.

Après s’être organisée en véritable Eglise, avec un conseil (pour l’instant de 7 membres), un pasteur titulaire (la révérende Maria Pap de l’Eglise unitarienne de Transylvanie), une chorale (en gestation), un futur pasteur en formation (Jean-Charles Sikner), des activités humanitaires (pour l’instant une aide aux étudiants pygmées de la République démocratique du Congo), etc., l’EUfr vous invite à son premier culte, ce dimanche 7 juin, dans la matinée :

que chacun allume son calice, convie les autres membres de sa famille, ses voisins, ses amis et fasse un culte à la maison, et qu’il se relie ensuite aux autres en envoyant un message qui sera publié sur notre site.

Ainsi en sera-t-il chaque premier dimanche du mois.

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans notre culte mensuel
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 09:10
Vous trouverez dans les Actualités unitariennes de ce jour une présentation de son oeuvre littéraire (lien) et des extraits de ses livres (lien) qui se font l'écho de l'unitarisme, confession qu'il a connue durant sa jeunesse : il en dit du bien et avec précision.

Américain, l'auteur vit à Londres, écrit ses livres à Paris et les publie aux éditions Belfond.
Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 08:44
"Québec, ville assiégée", c'est le titre d'un livre de 270 p. richement documenté et illustré sur le Québec français, une chronologie signée Jacques Lacoursière et Hélène Quimper.
Vous en trouverez une présentation sur
le blog de Sergela "Québec en actualités et en photos", à l'article "7 questions à Denis Vaugeois sur 1759" .

L'occasion aussi de visiter un site intéressant sur le Québec.
Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans la francophonie
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 11:57

A l’occasion de la confirmation de notre fille, Tiffany, nous avons reçu des membres de la famille et des amis. Le samedi soir, 23 mai, à la veille de l’événement, nous étions 6 à table. Avant de manger, nous avons fait une petite célébration libre pour accompagner spirituellement notre fille dans le choix qui est le sien.

Nous ayant rappelé qu’elle avait reçu le baptême, à l’âge de 19 ans, à une église catholique de Porto-Novo, au Bénin, nous lui avons demandé de nous parler de son baptême et du signe qu’elle avait reçu à cette occasion. Elle a alors pris de l’eau dans une coupe disposée sur la table et a mis cette eau sur son front en disant qu’elle était fière d’avoir été baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Chacun ensuite a fait le même geste pour l’accompagner. Moi j’ai dit que je vivais mon baptême au nom de Jésus ; d’autres ont fait en silence le signe de la croix après avoir mis de l’eau sur leur tête. S’il y avait eu un non baptisé parmi nous, il aurait pu dire simplement qu’il n’était pas baptisé mais qu’il l’encourageait dans sa foi.

Ensuite, elle nous a dit que la confirmation, c’était pour confirmer son baptême. Je lui ai demandé qu’elle était le signe qu’elle allait recevoir ; elle nous a dit " le feu du Saint-Esprit ". Elle a alors allumé une grosse bougie qui était devant elle et, là aussi, pour l’accompagner, chacun a allumé un lampion à sa flamme en signe de partage.

Puis nous avons lu le récit de la Pentecôte par Luc, au début des Actes des apôtres :

" Quand se remplit le jour de Shabou’ot, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Et c’est tout d’un coup un bruit du ciel, comme la venue d’un souffle violent ; il remplit toute la maison où ils siègent. Leur apparaissent des langues, comme du feu ; elles se partagent et se posent une sur chacun d’eux. Ils sont tous remplis du souffle sacré. Ils commencent à parler en d’autres langues, selon ce que le souffle leur donne d’énoncer " (Actes, 2, 1-4, traduction A. Chouraqui 1989).

Je lui ai demandé comment elle ressentait ce feu du Saint-Esprit en elle. Nous avons lu, toujours de Luc, comment les deux disciples de Jésus qui habitaient Emmaüs avait senti leur cœur s’enflammer à la compréhension des Ecritures messianiques qui annonçaient le destin d’un Messie, en qui ils ont reconnu Jésus : " Ils se disent entre eux : " Notre cœur ne brûlait-il pas en nous-mêmes, quand il nous parlait sur la route et ouvrait pour nous les Ecrits ? " (Luc, 24, 32).

Enfin, chacun a adressé à Tiffany un mot d'encouragement, une exhortation, des conseils, un souhait, des félicitations, etc ...

Le lendemain, avec encore plus de parents et d’amis, nous l’avons accompagnée à sa confirmation à la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

Jean-Claude Barbier, chrétien unitarien, France

Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 16:35
Dans les mares, grouillent les grenouilles ;
Elles se savent menacées ;
N'irions-nous pas les aider ?
Admirons, splendide,
L'exubérance de la vie.

Faut-il attendre
Que nous mourions
Pour que Nature
S'aille renaître ?
Et, pour nous interroger,
Que se fâchent les volcans ?

Sommes-nous ingrats
Devant l'opulence,
Méprisants, face à la vie ?

O Dieu, où sont
Notre conscience, notre raison ?
Ouvrons nos coeurs
A l'unisson.

A la Grâce de ta présence
Offerte.

poème de David Renom (Fort-de-France, Martinique), adaptation Marie-Claire Lefeuvre,
présenté au sein du groupe Yahoo d'informations et d'échanges "Unitariens francophones" (lien).
Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 10:17

La prière mondiale des unitariens pour le mois de juin 2009 a été composée lors de la rencontre organisée du 26 février au 1er mars 2009, à Houston, au Texas, par l'International Convocation of Unitarian Universalist Women (ICUUW), lien.  Elle l’a été en plusieurs langues. Nous ajoutons ici les traductions en français, par Noëlle Colle, présidente de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU)


En anglais par Carol Huston :
We light our chalice, recognizing that our bodies and our beings, our insights, actions, and hopes all come from the essential elements of existence. In our worship today, we honor the elements of earth, air, fire, and water.

En hongrois par Zsofi Sztranyiczki : Meggyújtjuk a kelyhet, és érezzük, hogy testünk, létünk,
ösztönös megérzéseink, cselekvéseink és reményeink létezésünk alkotóelemei. A mai áhítaton a föld, a levegő, a tűz és a víz elemét tiszteljük.

En espagnol par Maria Romero y Angeles : Iluminemos nuestro cáliz, reconociendo que nuestro cuerpo y nuestro ser, nuestra perspicacia, acciones y esperanzas provienen de los elementos esenciales de la existencia. En este día de adoración, honoremos los elementos tierra, aire, fuego, y agua.

En swahili par Alice Kemunto : Tunamlika wema wetu, tukifahamu kuwa miili yetu na ubidamu wetu, undani wetu, matendo yetu na matumani yote hutokana na mambo muhimu ya maisha. Katika maombi yetu leo tunaheshimu ulimwengu, mazingira, moto na maji.

En tagalog (Philippines) par Lenna D. : Ating iniilawan ang chalice na ito bilang simbulo sa pagkilala na ang ating katawan, pagkatao, pananaw, kilos at pag-asa ay galing sa mga payak na elementong bumubuo sa ating pagkatao. Sa ating pagsamba sa araw na ito, ating binibigyang pugay ang elementong lupa, hangin, apoy at tubig.


En japonais par Kathy Matsui : Watashi tachino karada to jitsuzon, satori, koudou, to kibous subeteno sonzaiga juuyouna youso toshite ninnshiki shinagara, kono chalice ni tomoshibi o ataeru. Kyouno reihai dewa dewa tsuchi, kuuki, hi, to mizu no yousoni keiiwo.

En français par Noëlle Colle : Nous allumons ce calice en reconnaissant que nos corps, nos êtres, nos intuitions, nos actions et nos espoirs viennent tous des éléments essentiels de l’existence. Dans notre culte de ce jour, nous honorons les éléments de la terre, de l’air, du feu et de l’eau.

Repost 0
Published by International Convocation of Unitarian Universalist Women (ICUUW) - dans la méditation du mois
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 19:38

La visite de Richard Boeke en Ariège, en mai 2009, était d'ordre privé, mais la publication de son poème nous invite à la présentation de cet ami unitarien américain qui aime la France.

Né à Atlanta, en Géorgie (Etats-Unie), Richard Frédérick Boeke a grandi dans la foi des Baptistes méridionaux (Southern Baptist). Après des études de théologie, en 1954, à la Yale Divinity School, il fut affecté en 1955 comme aumônier à une base militaire au sud d’Orlando, en Floride. A la suite d’un accident d’avion à la base et face à la famille en deuil, il a compris que l’espérance religieuse d’une vie après la mort n’était plus suffisante. Il eut alors l’occasion de lire Albert Schweitzer. Il quitta l’armée et s’inscrivit à la Harvard Divinité School en qualité d’unitarien.

De 1961 à 1968, il fut ministre à l’Eglise unitarienne-universaliste des reines (UU Church of Queens),
à New-York. Il accueillit chez lui deux étudiants kenyans. Il se maria avec une Hollandaise, Johanna, qu’il rencontra en 1964 aux Pays-Bas lors d’une conférence Interfaith. Suite à ses activités militantes, il fut " délégué de la paix " de l’Etat de New-York ) à la convention que le parti des démocrates tint à Chicago.

Richard Boeke et Antje Paul à la rencontre internationale de l'ICUU à Oberwesel, en Rhénanie (Allemagne)

Il fut ensuite, durant 5 ans, ministre dans une Eglise unitarienne-universaliste de Floride, puis, avec les deux filles nées de leur mariage, et pendant 21 ans, dans une Eglise unitarienne-universaliste à Berkeley. Là, en 1987, il eut l’occasion d’organiser un congrès de l’
International Association for Religious Freedom (IARF).

Il est retraité maintenant à Horsham, près de Londres.

Son épouse, Johanna, mit à profit leur séjour à Berkeley pour faire des études de théologie à la Starr King de Berkeley et accéda au ministère en 1987. Pour ceux qui la connaissent, elle est la révérende " Jopie ". Depuis que le couple est installé dans la région londonienne, Elle a l’occasion de venir célébrer le culte à Paris pour la Unitarian Universalist Fellowship of Paris (UUFP), comme par exemple en novembre 2008. Elle lit et parle le français.

R. F. Boeke reste très actif au niveau des rencontres internationales de l’IARF et de l’ICUU (il est le modérateur de l’association " Les amis de l’ICUU "). Il y apporte sa haute et belle stature, son caractère affable et souriant, son amour de la musique et des chants, sa grande connaissance de l’unitarisme contemporain, sa largeur d’esprit et son accueil.

Il a traduit de nombreux chants religieux (dont plusieurs ont été publiés en 2009 par Lindsey Press dans "Sing your faith
" / "Chantez votre foi"). A l’usage des unitariens, il a publié un fascicule intitulé " Uni-worship : A Song and Service Book ", publié pour le compte de l’ICUU en janvier 2000 (qu’on peut acheter sur Amazon UK (lien).

Il a
écrit un livre de théologie en 2007 " God is no-thing, Fresh Ways of Looking at Theological Questions " (Dieu, ce n’est pas rien, nouvelles manières d’aborder les questions théologiques) que l’on peut acheter sur Amazon UK.

La couverture du livre est une photo de la statue de Michel Servet prise à Villanueva de Sijena lors d’une cérémonie d’hommage, à l’occasion de la visite des participants à la rencontre internationale de l’ICUU à Montserrat en novembre 2005
.

 

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 19:08

In a French village (near Mirepoix)

At a stone cross by a medieval church, / In the fields are sunflowers, / Lizards and blue butterflies. /
The stillness is broken by cars on the highway.
Now, a few moments of tranquillity / with a gentle breeze. / Look at the ancient stones. / Be at ease.
Forgive yourself those ancient stones / that have not yet passed from your life. / Live with compassion today / for yourself and others.


Dans un village français

* près de Mirepoix, à l’est de Pamiers, en Ariège

A une croix de pierre près d’une église médiévale.
Dans les champs, des tournesols,
Des lézards et des papillons bleus.
Seules les voitures, sur l’autoroute, troublent le calme.

A présent, quelques instants de tranquillité,
La brise souffle doucement.
Regarde les anciennes pierres.
Sois à l’aise.

Pardonne-toi pour ces anciennes pierres
qui n’ont pas encore quitté ta vie.
Vis aujourd’hui dans la compassion,
envers toi-même et les autres.

poème de Richard Broeke envoyé à notre Eglise, traduit en français par
Noëlle Colle.

Photo
- la croix de Terride, en banlieue nord de Mirepoix. En fait, il ne s’agit pas d’une croix, mais d’une clé de voûte, probablement détachée de la voûte de la chapelle du château de Terride
Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 19:37

Notre Eglise constate avec plaisir que des personnes, qui sont très actives en son propre sein, participent non moins activement au Conseil des unitariens et universalistes français (CUUF), récemment mis en place (fin mars 2009).

En effet, les fondateurs du CUUF sont deux de ses conseillers (Grégoire Maury et Alain Lauzet) et son webmestre et propre fondateur (Jean-Claude Barbier), le représentant du réseau de la Correspondance unitarienne est Jean-Charles Sikner, qui est en préparation au ministère pastoral en son sein, enfin le représentant de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) est Régis Pluchet qui s’est manifesté sur notre site par plusieurs commentaires.

L’Eufr souhaite plein succès à cette nouvelle instance dont la vocation est de représenter désormais tous les unitariens français auprès de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU).

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans présentation de l'Eglise
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 12:14

The tao that can be told is not the eternal Tao ;

The name that can be named is not the eternal Name.

The unnamable is the eternally real.

Naming is the origin of all particular things.

Free from desire, you realize the mystery.

Caught in desire, you see only the manifestations.

Yet mystery and manifestations arise from the same source.

This source is called Mystery.

Mystery within Mystery,

The gateway to all understanding.


par Lao-tzu, Tao Te Ching, premier chapitre, adaptée par S. Mitchell, présentée comme prière du mois de mai par la Spiritual Seekers Society Hong Kong / la Société des chercheurs spirituels de Hong Kong, dite également Unitarian Universalists Hong Kong, site.  

Celle-ci tient ses réunions à l’Institut chrétien de la ville.

Traduite en français par Noëlle Colle (AFCU, France).

Le Tao qui peut être dit n’est pas l’éternel Tao ; 
Le nom qui peut être nommé n’est pas l’éternel Nom ;
L’innommable est (seul) l’éternellement vrai ;
La désignation est à l’origine de toutes les choses particulières.

Libre du désir vous comprenez le mystère ;
Pris par le désir, vous en voyez seulement les manifestations ;
Toutefois le mystère et les manifestations viennent de la même source ;
Cette source est appelée Mystère ;
Mystère dans le Mystère ;
La porte de toute compréhension.

Repost 0

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche