Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 11:26

As one small flame

fills a whole room with light,

So may we radiate

hope, courage and good cheer

in our homes, in our worship

and in all the corners

of our world.


Une seule petite flamme suffit pour éclairer une grande pièce.

De même puissions nous rayonner l’espérance, le courage et la bonne humeur

Dans nos maisons, lors de nos cultes

Et dans chaque recoin de notre monde !


Celia Midgley

British General Assembly of Unitarian and Free Christian Churches (lien)

traduit en français par Noëlle Colle

Repost 0
Published by Celia Midgley - dans la méditation du mois
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 11:09

Félix (8 ans) appelle son grand-père (Michel Jamet) "Capa" ; et avec Capa il tient déjà des raisonnements métaphysiques avec beaucoup de bons sens. Etonnant pour son grand-père en premier, qui nous en fait part avec une fierté légitime. Oui, la relation intergénérationnelle entre les séniors avec leurs petits enfants est importante et cela en est une très belle illustration. Notre Eglise encourage et accompagne de telles relations. N'hésitons donc pas à parler de religion avec nos enfants et petits enfants.


Félix lui est en veine d’échange avec son grand-père - mais surtout il soliloque à voix haute. Un avis plutôt négatif sur "Dieu Pantocrator" : Au fait Capa, tu crois en Dieu toi ?" . Pris un peu de court, Capa botte en touche et transcrit en langage adapté la formule connue de Jean Guitton : " Je ne sais rien mais j’espère tout ... " .

Félix suit son idée et reprend l’air concentré : " Moi je crois que Dieu il est LOIN et que nos petits malheurs y s’en fout (…) Tiens tu prends Mouk et Madic (ses chats, NDLR) je suis comme Dieu pour eux y savent rien à part la maison. Y connaissent pas le Cosmos, ça les intéresserait pas, y savent même pas que ça existe (…). Mais moi je SAIS quand y-z-ont faim ou quand y z-ont envie d’un câlin, alors je leur donne des croquettes – et je leur fais un gros câlin bien sûr. Eh ben Dieu avec nous c’est pas pareil : - alors Capa, moi je vais te dire, je préfère Jésus ... ".


Il est tout aussi critique sur le "Créationnisme" version évangélistes américains : " Moi je crois pas trop ce qu’on nous a appris à la catéchèse (de " l’Ange Gardien ", son école) la Création du monde en six jours et l’homme que Dieu il l’a créé "tout fini" le sixième jour (…) Moi je crois plutôt ce qu’on nous a appris en histoire : que la Terre au commencement elle était pas vraiment finie, y avait rien dessus et puis elle a été bombardée par des météorites qui ont fait des grands trous comme des lacs et au fond des trous y avait de l’eau forcément ! Dans ces trous-là y a eu d’abord des toutes petites bestioles de rien du tout. Et puis après y a eu des animaux de plus en plus compliqués, à la fin on est arrivé à l’homme de maintenant mais on a commencé par être des animaux, ça a mis très longtemps, des millions d’années ! (…)


Tu sais Capa y a pas que l’homme dans la nature qui peut avoir des sentiments, les animaux aussi. Tu vois les singes mais pas seulement, tous les animaux ils sont contents des fois mais ils peuvent avoir aussi de la peine, des grosses peines même, c’est tout pareil que nous (…) ".


Fin de "l’évangile non canonique" de Félix car c’était le moment de passer à table ...
Félix casquette

Repost 0
Published by Michel Jamet - dans nos faire-part
commenter cet article
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 08:13

message reçu le 3 décembre 09 du pasteur Jean Mang, fondateur de l'Eglise presbytérienne évangélique libre (EPEL) du Cameroun. Cette Eglise est en partenariat avec l'Eglise unitarienne francophone (EUfr).

Début de l'orphelinat : quelques mois après le décès d'une femme célibataire, membre de ma paroisse, ses trois enfants âgés en ce temps là de cinq, huit et onze ans restèrent orphelins et, abandonnés à eux mêmes, sans asile et sans subsistance, sachant que leur mère venait prier à la paroisse, avaient pris l'habitude de venir tous les soirs à la chapelle demander l'aumône. Un matin où j'allais faire la prière de 5 heures, je les ai trouvé couchés sur les bancs de l'Eglise (celle-ci n’ayant ni de porte ni de fenêtre). Je les réveillais ; nous priâmes ensemble. Très sage, le plus grand me raconta leur misère. Je compris qu'ils venaient régulièrement passer leurs nuits dans la chapelle. Touché par cette situation, je pris la décision de les loger dans ma petite cabane.

Quelques temps après, je fis un communiqué "SOS orphelins en détresse". Au lieu du secours que j'attendais, c'est plus tôt deux autres qui s'ajoutèrent en l'espace de trois mois. C'est à partir de ce moment que je ressentis comme un appel au secours des enfants et en particulier des orphelins. C'est alors que je résolu de créer cet orphelinat. Créé depuis juillet 2004, il soutient aujourd'hui 8 petits orphelins et 5 enfants âgés de 05 à 16 ans et issus des familles pauvres. Il est l’espoir et l'avenir pour ces petits.

le-lavement-des-pieds.jpg

Nous avons encore beaucoup de difficultés , vraiment beaucoup de difficultés, parce que nous fonctionnons presque sans appui. De petites aides nous parviennent parfois des personnes de bon coeur et quelques rares fois par des associations charitables. Nous sommes de temps à autres sommés par le bailleur de quitter le petit et délabré local qui les abrite à cause des arriérés. Je viens de lancer un appel pour l'achat d'un terrain pour la réalisation d'un centre d’accueil car louer des maisons et nourrir ces orphelins demande un budget conséquent. Le gros problème actuel est le manque de vêtements, une minable ration journalière, le manque de chaussures, de couvertures, de literie. Il faudrait aussi des médicaments car leurs santé est précaire à cause du manque d'eau potable. Faire face aussi aux frais de scolarisation.

Je lance un appel à tous ceux ou celles qui peuvent leur venir en aide, car ils ont besoin de parrainage pour survivre.

O
yom-abang est un quartier de l’agglomération de Yaoundé.
Contact en France : les dons en argent peuvent être envoyés à Grégoire Maury, 54 bis rue Grande, 77720 Bombon, courriel ;

Contact aux Etats-Unis ; Christiane Geisler (Philadelphie), courriel 

Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 13:41
Jean Mang, pasteur de l'Eglise presbytérienne évangélique libre (EPEL) du Cameroun - 

Notre culte de ce mois de décembre a été un vrai partage. Ce fut un culte oeucuménique avec la participation de 2 prêtres, 3 pasteurs, 2 soeurs catholiques et un musulman. Nous avions débuté le culte à 10 h bien précises par les prières d'invocation et des chants. Ensuite la liturgie. Nous avions cloturé celle-ci par la prière unitarienne du mois. Le thème de notre enseignement était : l'Eglise de Jésus-Christ ; monothéisme ou polythéisme ?

Irlande--Cork--Unitarian-Church--bandeau-du-site.jpg
Eglise unitarienne de Cork, en Irlande, bandeau du site

Après l'exposé  du pasteur, un débat a été ouvert. C'était vraiment merveilleux.  A la fin du culte, un projet de plateau de discussion spirituelle a été proposé.
Repost 0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 13:11

Séverine (Saintes, Région Poitou-Charentes) - Chers vous tous. Ce matin vers 11h30, Sara m'a rejointe dans la chambre où nous avons allumé la bougie et mis un disque de Beethoven. Esther (5ans et demi) a voulu être là également, les yeux fixés sur la petite flamme. Nous avons commencé par lire une prière inspirée du  Notre Père, puis " que jamais la joie n'éteigne en nous ...", "Fais de moi un instrument de ta paix", et "A l'aube de ce jour naissant.... ", textes que je vous ai envoyés ces mois derniers.


Saintes, Sara

Sara, 7 ans et demi

 

Puis nous sommes restées silencieuses en nous tenant la main, en tailleur sur le grand lit. Sara a récité une de ses prières maison qu'elle connaît par coeur, et nous avons pensé à ma tante et ma grand mère qui nous ont quitté cette année.
Pour finir, j'ai remercié pour ma vie, mes enfants si beaux, si lumineux, si éveillés, mon mari si solide et aimant, et la chance que j'ai au quotidien, j'ai souhaité être chaque jour plus patiente et attentive, plus souriante et aimante ...


Sara a soufflé la bougie et on s'est fait un joli câlin.
J'ai poursuivi ensuite par un temps silencieux, seule, où j'ai songé à ceux qui ont ou vont aujourd'hui participer à notre culte à distance .... Que ce dimanche vous soit doux, fraternellement

Jean-Claude (Bordeaux, Région Aquitaine) - Nous nous sommes rencontrés comme chaque mois Yohann et moi, mais nous avions tellement de choses à nous dire que nous y avons passé la matinée de 10h à 12h. Ensuite, Yohann a du rentrer chez lui. Nous n'avons pas eu le temps de faire le culte proprement dit, mais notre échange si fraternel valait ce qu'on appelle la liturgie de la Parole. Jésus était bel et bien présent avec nous. 

  Jean Monod (Laon, France) - Je viens de prier avec notre prière du mois de décembre et avec un texte très émouvant publié sur le site de notre Eglise : " la communion des vivants et des morts ". J’ai lu aussi des textes de Schleiermacher, le père de la théologie libérale. J’ai prié pour les uns et les autres. Il faut se soutenir, il faut pas laisser tomber la cause qui est le sens de notre vie : croire en Dieu, en dépit des croyances et de tous les dogmes qui n’ont rien à avoir avec la raison.

Marie-Claire (Rambouillet, France) - 

Sonde-moi, ô Dieu fort, et connais mon coeur ;
Eprouve-moi, et connais mes pensées !
Regarde si je suis sur une voie funeste,
Et conduis-moi dans la voie de l'Eternité.
Psaume 139. 23-24
 
Nous t'offrirons en sacrifice
L'hommage de nos lèvres.
Osée 14. 3


Fabien-Issa (Yvelines, Région parisienne) - Zut ! J'ai raté le rendez-vous ! Bon, me voilà allumant ce soir ma bougie, pensant à chacun d'entre vous tous et toutes. Faisons comme si nous étions Dimanche, que mes prières rattrapent le temps passé et s'inscrivent en vous en communion du culte. Que la paix soit sur vous, en vous et tout autour de vous.

Prions :

Ô Seigneur, à toi la louange.
Tu es la Lumière des cieux, de la terre et de ceux qui s'y trouvent.
A toi la louange.
Tu es Celui par qui subsistent les cieux, la terre et ceux qui s'y trouvent.
A toi la louange.
Tu es le Seigneur et Maître des cieux et de la terre et de ceux qui s'y trouvent.
A toi la louange.
C'est à Toi que revient la souveraineté sur les cieux, la terre et ceux qui s'y trouvent.
A toi la louange.
Tu es le Roi des cieux et de la terre et de ceux qui s'y trouvent.
A toi la louange.

Tu es le Vrai. Ta promesse est vérité. Ta parole est vérité. Ta rencontre est vérité. Le Paradis est vérité. L'Enfer
est vérité. Les Prophètes sont vérité. Muhammad est vérité et le Jour de la résurrection est vérité.
Ô Seigneur !
C'est à Toi que je me soumets et en Toi que je place toute ma confiance.
C'est en Toi que je porte la foi et vers Toi que je reviens.
C'est par Toi que je règle mes litiges et c'est à Ton arbitrage que j'ai recours.
Accorde-moi le pardon de mes péchés passés et à venir, qu'ils aient été commis en secret ou en public.
Tu es Celui qui fait avancer et qui fait reculer.
Nul n'est digne d'être adoré en dehors de Toi.
Tu es l'unique objet de mon adoration et nul n'es digne d'être adoré en dehors de Toi.

Amîne.


Nos amis de Philadelphie (lien) et de Yaoundé (lien) ont également participé à ce culte.

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans notre culte mensuel
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 08:47
Je n'avais pas écrit en novembre, mais notre petit groupe francophone continue de se rencontrer avec vous ici à Philadelphie, tous les premiers dimanche du mois. Nous espérons nous agrandir et inviter d'autres personnes qui ne font pas partie de notre Eglise. Dimanche passé (le 6 décembre), nous avons lu entre autres, quelques passages du sermon de Didier Travier (trouvé dans La Besace des Unitariens - grand merci pour ce superbe sermon de l'Avent !).

Aujourd'hui, je voulais vous présenter quelques un de nos membres :

- Anne est membre de notre Eglise, First Unitarian Church of Philadelphia, depuis presque 44 ans  et a vécu près de Chinon avec sa famille dans l'année scolaire 1972-1973. Plus tard, elle a voyagé en France avec  des lycéens. Elle a suivi de nombreux cours de littérature francaise pendant son travail comme bibliothèquaire universitaire, et  continue de lire en francais regulièrement.

- Dane a travaille en Belgique dans les annees  1968-1969, pour Allied Command Europe (SHAPE-NATO) Counterintelligence Activity.  Il a étudié le francais à la "Defense Language Institute", à Monterey en Californie, et dans les bars de Bruxelles. Il pense que peut-être nous pouvons organiser un dîner francais avec vente aux enchères pour notre congrégation.

- Stéphanie est professeur de français en université.  Elle était tres influencée par la philosophie existencielle en grandissant et se sent très à l'aise dans notre communauté qui encourage la recherche spirituelle continue.

- Ken a vécu au Togo pendant un an comme Volontaire du Corps de la Paix et n'a plus oublié son francais. Il écrit chaque mois une rubrique sur l'une des Eglises unitariennes des Etats Unis. Il écrira prochainement sur notre Eglise !

- Carl est aussi un membre de notre Eglise depuis plus de 40 ans, il a enseigné le francais pendant toute sa carrière.

- Desirée est notre organiste et sa famille est d'origine haïtienne. Elle me salue toujours avec un joyeux "Bonjour ma chère !".

- Moi, Christiane, je suis née dans un petit village des Deux Sèvres, élevée dans la tradition protestante, j'ai découvert l'unitarisme à Washington et je suis continuellement occupée à promouvoir les liens entre personnes de bonne volonté.

Joyeuses fêtes de fin d'année à tous. Christiane, contact

message reçu le 11 décembre 2009 au sein du forum des unitariens francophones

chalice_Philadelphie.JPG
Repost 0
Published by Christiane Geisler - dans notre culte mensuel
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 19:03

William Ellery Channing (1780-1842) a été un pasteur congrégationaliste américain depuis 1802 (il est alors autorisé de prêcher pour l'association de Cambridge, une association régionale de pasteurs du culte congrégationalistes) et nommé en 1803 ministre à l'Eglise Federal Street de Boston, où il restera tout du long de sa carrière. Il est bien connu pour ses convictions unitariennes et la défense de ce courant d’idée qui luttait alors contre les "orthodoxes", à savoir les calvinistes purs et durs, héritiers des fondateurs Puritains. Mais, s’il fut un chantre de l’unitarisme, il n’en rejoignit pas pour autant les rangs de l’Association unitarienne américaine (AUA), fondée en 1825.

Federal Street Church (Boston), document historique

Il préféra ne pas diviser les congrégationalistes libéraux entre unitariens et non unitariens ; ligne modérée qui resta longtemps celle de son Eglise et d’autres Eglises de Boston. La Federal Street est devenue, bien après Channing, la Arlington Street Church (une nouvelle église construite ailleurs en 1861), laquelle est aujourd'hui l’un des fleurons actuels de l’unitarisme-universalisme américain (voir ici son historique).

A noter qu’il n’a jamais existé une "Eglise unitarienne américaine" en tant que telle, mais seulement une association regroupant des congrégations se disant unitariennes (l’AUA de 1825 à 1961, puis l’Unitarian Universalist Association UUA, laquelle regroupe plus de 1 000 congrégations). Aujourd’hui même, si la King’s Chapel de Boston (qui elle est d’origine anglicane) est membre de l’Unitarian Universalist Association (UUA), elle ne se dit pas pour autant unitarienne, ni unitarienne-universaliste, mais de théologie unitarienne, de tradition anglicane et d’organisation congrégationaliste ! (voir ici son historique). 

 

Chaque Eglise EST locale et possède ainsi sa propre histoire.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les piliers de l'Eglise
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 18:44

Mais quel sera le lien de tous ces esprits qui cherchent chacun la vérité, et qui ne marchent point du même pas ? Quel principe constituera cette Église par laquelle on arrive de tous les côtés, et réunira ces chrétiens qui ne sont rapprochés ni par le rite, ni par le dogme ?

Le même principe qui est à la base des Eglises particulières, le commandement qui, selon Jésus, résume la Loi et les Prophètes, l'amour de Dieu et de l'Humanité. Le seul lien entre toutes les sectes, la seule religion universelle est l'amour ; quiconque est pénétré de la morale de l'Évangile et en fait la règle de sa vie, celui-là accomplit la Loi éternelle et est membre du Royaume de Dieu.

Tant que les protestants adopteront la méthode autoritaire et s'obstineront à chercher l'unité de foi dans l'unité de croyances, ils ne pourront échapper à l'impitoyable dilemme de Bossuet, et ne seront qu'une fraction obscure et inconséquente du catholicisme. Le seul moyen de triompher de l'orgueilleux auteur dès Variations est de recourir à la conscience et au jugement individuels, et de poursuivre la vérité dans la mesure de nos forces sans prétendre à l'absolu. C'est par ce complet affranchissement des symboles et des formules que le protestantisme aura sa raison d'être, et que nous pourrons aspirer à cette Église universelle qu'a dépeinte Channing avec une sainte passion et une splendide éloquence. Ernest Stroehling (1867).


"Il y a une Église plus grande que toutes les Églises particulières quelque grandes qu'elles soient : c'est l'Église universelle qui s'étend sur toute la terre, et ne fait qu'un avec l'Église qui est dans le Ciel. Tous ceux qui suivent le Christ ne forment qu'un seul corps, un seul troupeau ; c'est ce que nous enseignent différents passages du Nouveau Testament. Vous vous rappelez la ferveur de sa dernière prière : "Que tous ne fassent qu'un, comme Lui et son Père ne font qu'un."

Dans cette Église sont admis tous ceux qui participent à l'esprit de Christ. Elle ne demande pas qui nous a baptisés, de qui nous tenons notre passeport, quel signe nous portons. Si nous avons été baptisés par le Saint-Esprit, ses larges portes nous sont ouvertes. Là sont réunis ceux que des noms différents ont séparé et séparent encore. Là il n'est pas question d'Eglises grecque, romaine ou anglicane, mais seulement de l'Eglise de Christ. Mes amis, ce n'est pas là une union imaginaire. Quand l'Ecriture parle ainsi, ce n'est pas une vaine rhétorique, c'est la vérité pure. Tous ceux qui participent sincèrement à la vérité chrétienne, sont essentiellement unis. Dans l'esprit qui les anime, il y a une force d'amour qu'on ne trouverait dans aucun autre lien. Séparés par les mers, il y a entre eux des sympathies fortes et indissolubles. La voix nette et puissante d'un chrétien inspiré vole par toute la terre et dans un autre hémisphère touche des cordes qui lui répondent. La parole d'un Fénelon par exemple arrive à des millions d'âmes dispersées dans le monde. Ne sont-elles pas toutes de la même Eglise ?


Je tressaille de joie au nom des saints qui ont vécu, il y a des siècles : le temps ne nous sépare pas, l'ancienneté ne les rend que plus vénérables. Ne sommes-nous pas du même corps ? Est-ce que cette union n'est pas quelque chose de réel ? La réunion dans un même édifice n'est pas ce qui fait une Eglise. Me voici dans un temple. Je suis assez près de l'un de mes semblables pour le toucher, mais il n'y a pas entre nous un sentiment commun. La vérité qui me remue, cet homme s'en rit comme d'un rêve et d'une chimère, le désintéressement que j'honore, il l'appelle faiblesse ou folie. Que nous sommes loin l'un de l'autre, quoiqu'en apparence si voisins ! Nous appartenons chacun à des mondes différents. Que je suis plus près de quelque âme pure, généreuse qui vit dans un autre continent, mais dont la parole a pénétré mon cœur, dont les vertus m'ont enflammé d'émulation, dont les pieuses pensées s'offrent à mon esprit, lorsque je suis dans la maison de prière. Lequel de ces deux hommes est de mon Eglise ?


Ne me dites pas que je m'abandonne à un rêve de mon imagination, quand je dis que des chrétiens éloignés, que tous les chrétiens et moi-même, nous ne formons qu'un corps et qu'une Église, aussi longtemps qu'une même piété et qu'un même amour nous possèdent. Rien de plus réel que cette union spirituelle. Il y a une grande Eglise qui embrasse tout : chrétien, j'en fais partie et personne ne peut m'en faire sortir. Vous pouvez bien m'exclure de votre Eglise romaine, de votre Eglise épiscopale, de votre Eglise calviniste, pour quelques défauts supposés dans mon symbole ou dans ma secte, et je suis content d'en être exclu ; mais je ne veux pas qu'on me détache du grand corps de Christ.

Qui me séparera d'hommes tels que Fénelon, Pascal et Borromée, de l'archevêque Leighton, de Jérémy Taylor et de John Howard ? Qui rompra le lien spirituel qui m'unit à ces hommes ? Ne me sont- ils pas chers ? L'esprit qui déborde dans leurs écrits et dans leurs vies ne pénètre-t-il pas mon cœur ? Ne sont-ils pas une partie de mon être ? Ne suis-je pas un autre homme que ce que j'aurais été si ces grands esprits n'avaient agi sur moi ? Et est-il au pouvoir d'un synode, d'un conclave ou de toutes les assemblées ecclésiastiques du monde de m'en séparer ? Je tiens à ces grands esprits par la pensée et l'affection, est-ce qu'on supprime la pensée et l'affection par la bulle d'un pape, ou l'excommunication d'un concile ?

L'âme brise dédaigneusement ces barrières, déchire ces toiles d'araignée pour s'unir aux grands et aux bons, et si elle possède leur esprit, est-ce que vivants ou morts, les grands et les bons la repousseront parce qu'elle ne s'est pas enrôlée dans telle secte ou dans telle autre. Une âme pure a le droit de cité dans l'univers entier. Elle appartient à l'Eglise, à la famille de ceux qui sont purs dans tous les mondes. La vertu n'est pas chose locale, elle n'est pas respectable parce qu'elle a pris naissance dans telle ou telle société, mais à cause de sa beauté indépendante et éternelle. Voilà le lien de l'Eglise universelle. Nul homme n'en peut être excommunié que par lui-même en tuant la vertu dans son âme. Toutes les sentences d'exclusion sont vaines, si nous ne brisons le lien de la vertu qui nous unit à toutes les âmes saintes. " (William Ellery Channing)

Repost 0
Published by Willian Ellery Channing - dans les piliers de l'Eglise
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 01:37

O toi au-delà de tout,
Comment t'appeler d'un autre nom ?
Quel hymne peut te chanter ?
Aucun mot ne t'exprime.
Quel esprit peut te saisir ?
Nulle intelligence ne te conçoit.
Seul, tu es ineffable ;
Tout ce qui se dit est sorti de toi.
Seul, tu es inconnaissable ;
Tout ce qui se pense est sorti de toi.
Tous les êtres te célèbrent,
Ceux qui parlent
et ceux qui sont muets.
Tous les êtres te rendent hommage,
Ceux qui pensent
comme ceux qui ne pensent pas.
l'universel désir, le gémissement de tous
Tend vers toi. Tout ce qui existe te prie
Et vers toi, tout être qui sait lire ton univers,
Fait monter un hymne de silence.
En toi seul tout demeure.
En toi, d'un même élan, tout déferle.
De tous les êtres tu es la fin .
Tu es unique.
Tu es chacun et tu n'es aucun.
Tu n'es pas un être, tu n'es pas l'ensemble :
Tu as tous les noms ; comment t'appellerai-je
Toi, le seul qu'on ne peut nommer ?
[…]
Aie pitié, ô toi, l'au-delà de tout :
Comment t'appeler d'un autre nom ?


Grégoire de Nazianze (329-390) :
Poèmes dogmatiques (Migne, Patrologiae Cursus Completus, Series Graeca, Paris, 1857-1866, tomes 37, pp. 507-8), envoyé par Jean-Pierre Babin (Nantes, France)

Repost 0
Published by Grégoire de Nazianze - dans un espace de prière et de méditation
commenter cet article
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 10:24

Les vélos à assistance électrique (VAE) proposent une formule hybride, avec plusieurs niveaux d’assistance, grâce à une batterie dont l’autonomie (pour le modèle Peugeot) est de 80 km d'assistance à 25 km/heure. La batterie se recharge tout simplement en roulant (les descentes sont donc les bienvenues !) ou bien encore, à l’étape, en la branchant sur une prise. D’un poids de 5,4 kg, elle est amovible.

Les Cycles Peugeot sont les premiers à sortir un tel modèle, à voir sur leur site à la rubrique "séries spéciales". Le poid total du vélo (avec batterie) est de 29,1 kg. Son prix est de 2 290 euros.

Il nous faudra au moins un vélo de ce genre pour notre projet de randonnée de Saint-Nazaire en Transylvanie par la piste cyclable EV6, par Loire et Danube, en été 2012. Providentiellement, les technologies avancées viennent à notre secours ! 

 

Ajout du 25 novembre 2010

 

Les cycles Peugeot ont modifié leur gamme. Le modèle présenté ici n'est plus fabriqué. Le nouveau modèle le mieux adapté semble être le E-City Nexus 7 avec une batterie de 10 Ah. Son prix est de 2 099 euros. Voir aussi les cycles Lapierre (lien).

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans la Transylvanie en vélo par EV6
commenter cet article

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche