Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:35

Moïse
thomas_romer_moise.jpg2002 - Moïse « lui que Yahvé a connu face à face » Paris,  Gallimard (Découvertes, n° 424), 126 p., 12.92€
2003 - « La thématique de l'Exode dans les récits patriarcaux », dans Daniel Marguerat (dir.), La Bible en récits. L'exégèse biblique à l'heure du lecteur, Genève, Labor et Fides (Le Monde de la Bible, n° 48), pp. 186-195
2009 - Les Cornes de Moïse (avec le sous-titre « Faire entrer la Bible dans l'histoire »), Paris, Fayard, (leçon inaugurale de Thomas Römer au Collège de France, prononcée le 5 février 2009, visible en vidéo sur le site du Collège de France, lien).
2009 - Interprétations de Moïse : Égypte, Judée, Grèce et Rome, coédité par Philippe Borgeaud, Thomas Römer et Youri Volokhine, éditions Brill, 306 p., €106.00,  lien (1ère édition en 1984).

Ce volume est le fruit d’un travail d’équipe, qui a réuni des biblistes, des philologues, et des historiens des religions autour des multiples « Interprétations de Moïse » que nous ont léguées les cultures de la Méditerranée antique. Le résultat pratique de cette enquête comparatiste culmine dans la traduction et le commentaire à « douze mains » des fragments du mystérieux Artapan, qui ouvrent le volume. Le comparatisme proposé dans le présent volume ne se veut ni méthodologique ni thématique, mais vise d’abord à franchir les frontières disciplinaires, tout en envisageant les apports culturels respectifs contribuant à la formation d’une mythologie, en l’occurrence celle de Moïse. Entre la Judée, l’Egypte, la Grèce, Rome, et bien sûr le christianisme naissant et l’univers « gnostique » qui l’accompagne, la figure de Moïse est au cœur d’un dialogue, dont les pièces, si elles peuvent être disjointes pour la commodité de l’étude, gagnent surtout à être rapprochées.


Yhwh
2010-2011Le dieu Yhwh : ses origines, ses cultes, sa transformation en un dieu unique, cours au Collège de France, en téléchargement, voir la partie concernant les relations entre Moïse et les Madianites.
2011-2012 – suite. Voir en vidéo Youtube son cours du 8 mai 2012 sur « Yahvé et Ashéra »,  lien

 

Ashera est une divinité parèdre féminine dont on a retrouvé de petites statuettes dans les hauts-lieux consacrés à YHVH avant que la royauté ne centralise tout le culte au temple de Jérusalem. Définition du mot "parèdre" : transcription du grec ancien πάρεδρος / páredros, nom ou adjectif signifiant littéralement « assis près », « qui est assis à côté de ». Il s'emploie pour qualifier une divinité souvent inférieure en prérogative, habituellement associée dans le culte à un dieu ou une déesse plus influent. Cependant l'usage général tend à appeler parèdre le ou la consort d'une déité, qui peut lui être égale ou complémentaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by d'après bibliographies de Thomas Römer - dans Sem. (III) - modules
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche