Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 14:13

B1 – la naissance du sentiment religieux dans les temps préhistoriques (donc avant l'usage d'une écriture et les traditions orales relatées par les premiers occupants connus).

B1.1 - La découverte de tombes où certains défunts ont été enterrés avec leurs effets personnels (comme pour une survie ?) ; nous pouvons y voir le début d’un culte des ancêtres qui restent protecteurs de leur lignage

B1.2 - Les peintures rupestres qui montrent des scènes de chasse. Celles-ci anticipaient-elles la chasse d’animaux sauvages en procédant à des rituels où l’on tue magiquement l’animal avec l’acceptation de son esprit ? Le chamanisme, où le chaman entre en transe et se met en relation mystique avec les esprits de la nature, correspondrait à cette attitude.

B2 – l’origine des divinisations


B2.1 - (suite au module B1.1) Le culte des ancêtres (en Afrique noire, en Chine avec le confucianisme, etc.) avec les rites funéraires appropriés.
B2.2 - (suite au module B1.2) L'affirmation d'une dimension sacrée de la nature : les esprits qui la peuplent, la divinisation des forces naturelles, les cultes à Mystère avec des rites initiatiques (Isis, Cybèle, Mithra, etc.), les grands sanctuaires de l’Antiquité (la déesse mère Artémis à Ephèse, le dieu Apollon desservi à Delphe par les pythies, le néo-paganisme et le retour à une complicité avec la Nature, le panthéisme (le divin immergé dans la Nature) ou le panenthéisme (le Dieu créateur à la fois distinct mais aussi tout entier présent dans sa Création). Voir la rubrique "La sagesse des anciens" sur le site de l'EUfr (lien).

 

B2.21avec les Pygmées. Le programme d’aide aux Pygmées de l’Eglise unitarienne francophone en partenariat avec les unitariens du Congo-Kinshasa (lien).
B2.22avec les Amérindiens. La plantation d'un "arbre de la paix" dans l'enclos de l’Eglise unitarienne de Montréal (lien). Et dossier de Richard Brodesky sur les indiens Navajo de l'Arizona sur le site du CUUF (" l'Eglise unitarienne universaliste de Tucson ", lien).
B2.23 – dossier « Histoire et symboles de la fête de Noël » sur le site de l’Eglise unitarienne francophone (lien).

 

B2.3 - Les divinités protectrices d’un territoire qui se révèlent aux autochtones ou aux premiers occupants.
B2.4 - La divinisation des héros considérés comme des surhommes (Bouddha, Jésus, Ali, etc.)
B2.5 - La divinisation des chefs d’Etat dans le but d’unir les peuples qui cohabitent au sein d’un empire (Egypte, Rome, etc.). Version moderne avec le culte de personnalité des leaders politiques (Mussolini, Adolf Hitler, Joseph Staline, Mao Tsé Toung, Fidèle Castro, etc.).

B3 – les religions


B3.1 - La différence entre magie, sorcellerie, croyances et d’autre part la religion (laquelle organise nos relations avec Dieu ou les dieux et impose un ordre moral et social).
B3.2 - Le polythéisme avec un Dieu créateur, mais remonté au « Ciel » et n’intervenant plus, et les divinités utilitaires avec lesquelles nous pouvons avoir commerce (elles peuvent répondre à nos prières).

 

B3.21 – dossier sur le Vodoun dans les Etudes unitariennes (lien).

 

B3.3 - La monolâtrie avec un seul dieu protecteur (Aton = le Dieu soleil pour le pharaon réformateur que fut Akhénaton ; les Israéliens qui ont capté à leur profit le dieu créateur des Ougarit, « El » ou encore "Yahvé" empruntés aux Madianistes (voir les études de Thomas Römer, lien) ; l’existence des autres dieux n’est pas niée – même si le dieu qui est choisi est considéré comme plus fort que les autres divinités ! (voir les 10 plaies d’Egypte et l'affrontement supposé avec Pharaon, ses magiciens et ses dieux).

Dans le Livre de Jonas, les matelots du navire pris en tempête sont invités à prier chacun son dieu, et – finalement – Dieu (celui des Israéliens) va pardonner les fautes des gens de Ninive après que ceux-ci se soient repentis, texte probablement du VIème siècle avant J.-C., à la fin de l’époque perse ou au début de l’ époque hellénistique (en 331, par la victoire d’Arbèles, Alexandre-le-Grand met fin à l’Empire perse).

Selon les textes messianiques, à la fin des temps, les Nations « converties » vont reconnaître le Dieu d’Israël et se joindre à lui sur le mont Sion (cela reste la conviction des messianiques juifs et chrétiens d’aujourd’hui qui apportent leur soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël).
B3.4 - Le monothéisme : l’existence d’un seul dieu (écrit alors Dieu), les autres dieux n’étant, selon l’expression biblique, que « des idoles faites de main d’homme ».
B3.5 - La religion civique. Le rôle du théisme aux Etats-Unis qui unit tous les citoyens en laissant chacun pratiquer la religion partriculière de son choix. La religion pour la vertu citoyenne avec Jean-Jacques Rousseau (lien), et Voltaire.

B4 – la critique des théologies devenues obsolètes

 

B4.1 - La critique de la rétribution terrestre dans le Livre de Job (IVème siècle avant Jésus-Christ)
B4.2 - La critique de la rétribution céleste. D’où vient la promesse d’un paradis ? Le zoroastrisme et le Jugement dernier à la Fin des Temps (lien). Le relèvement des morts dans la vallée de Betsaïda chez les Juifs contemporains de Jésus ; les débats sur la résurrection entre Jésus et les sadducéens. La résurrection de Lazare. La résurrection de Jésus comme événement eschatologique marquant la Fin des temps. L'existence d’une âme séparée du corps (concept grec) et pouvant aller au Ciel dès le décès. Existe-t-il un « au-delà » ? Dieu est-il dans les cieux ?
B4.3 - La critique du théisme comme étant une représentation anthropomorphique de Dieu. Le problème du Mal : pourquoi Dieu n’intervient-il pas ? Chez l’évêque épiscopalien américain John Shelby Spong (lien) ; voir ses textes sur le site de Protestants en ville (lien). L’a-théisme.

B4.4 - passage d'une théologie religieuse fondée sur une Révélation (théologies juive, chrétienne, musulmane, etc.) à une théologie générale centrée sur un Dieu universel comme par exemple le protestant allemand Paul Tillich (1886-1965) réfugiés aux Etats-Unis à cause du nazisme et dont les écrits viennent d'être traduits en français ; concurrence ancienne de la philosophie qui, elle, veut partir des universaux ; enfin émergence des connaissances scientifiques qui rendent caduques les spéculations métaphysiques.

L'unitarisme réconcilie la religion chrétienne et les sciences et apparaît compatible avec les Lumières. En cela Michel Servet est réellement un précurseur : théologien mais aussi philosophe humaniste, chercheur en alchimie, géographie - celle du grec Ptolémée -, et médecine - la petite circulation du sang - , ouvert  a la comparaison entre les religions (il a lu le coran). Voltaire dira beauoup de bien des sociniens. En Angleterre, le physicien Isaac Newton (1642-1727), le chimiste Joseph Priestley (1733-1804) et la famille du naturaliste Charles Darwin (1809-1882) sont unitariens. Aux Etats-Unis, le physicien Benjamin Franklin (1706-1790), et les fondateurs de l'Indépendance américaine (Thomas Jefferson 1743-1826, etc.) sont des sympathisants.

B5 - les propositions théologiques modernes


B5.1L’athéisme spirituel (croyants et incroyants se divisent sur ce que ni les uns ni les autres ne connaissent). La position agnostique refuse de se prononcer sur la question de l’existence de Dieu. Déjà la tradition hébraïque évoquait le Dieu inaccessible et inconnu, IHVH, dont on ne doit même pas prononcer le Nom. Jean l'évangéliste, dans un texte mystique, nous dit que c'est seulement grâce à Jésus que nous pouvons connaître Dieu " Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui nous l'a fait connaître " (Jn 1,18).
B5.2 - Le Process (en faveur dans les milieux protestants libéraux) : Dieu agit non pas sur nous, de l’extérieur (à la suite de B4.3) mais à travers nous, à travers sa Création, mais non directement (il est avec nous, mais il n’est plus providentiel). Réciproquement, il serait influencé par nos actions ... En France, les protestants libéraux André Gounelle et Raphaël Picon sont les promoteurs de cette théologie.
B5. 3 - Le bing-bang à l’origine de l’univers : l’avenir de l’univers entre expansion et rétrécissement selon un jeu d’élastique (à suivre attentivement les progrès de l’astronomie…).
 

B5.31 - un Dieu créateur ou une Energie primordiale ?
B5.32 - L’évolution christique de l’espèce humaine selon Teilhard de Chardin entre l’Alpha et l’Omega
B5.33 - Le Dessein intelligent (à ne pas confondre avec le créationnisme) (lien).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans Sem. (II) - programmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche