Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 23:25

suite de l'article précédent

 

articles publiés

 

olivier_rabut_jesus_sans_uniforme.jpgEn 1971, dans la Revue théologique de Louvain, à propos du Livre de Jacques Monod "Le Hasard et la Nécessité" 0livier Rabut dit son admiration pour ce livre passionnant. Toutefois Rabut regrette que l'auteur, lorsqu'il sort du domaine de la biologie, énonce des évidences hâtives et sommaires : Cette question, souligne Rabut, est peut-être la question du siècle : comment passer de la démarche scientifique à une vue d'ensemble dont l'homme a besoin autant que de science ; peut-on traiter, sans une démarche originale, les problèmes qu'on appelle philosophiques, ceux qui concernent le destin de l'homme et  la nature dernière de la réalité ( ... ) Je suis en accord profond avec l'auteur mais au dernier moment, je dois rompre : il conclut trop vite, il tourne trop court, il schématise ( ... ) On ne peut sommairement nier l'existence d'une Source sans fonder cette négation sur une raison. Après avoir indiqué qu'il partage avec ferveur les perspectives du dernier chapitre Ethique de la connaissance comprise comme une subordination de l'action à la Vérité, le "Vouloir" étant éclairé par le "connaître", Rabut émet le vœu que ces questions fondamentales soient reprises avec de grands moyens scientifiques et philosophiques, et surtout avec un sens aigu de la structure complexe de tels problèmes.

En 1975, dans ETUDES cette réflexion se continue sous le titre "Recherche théologique et rigueur scientifique". Rabut énonce ce que pourrait être l'idéal commun des théologiens et des scientifiques. Il met en parallèle les présupposés de la réflexion religieuse et les axiomes de la science, les premiers ne sont pas discutés alors que les seconds sont la base transitoire jusqu'à ce qu'une découverte les remplace par d'autres. Rabut considère que l'immuabilité doctrinale ne s'inscrit pas dans un processus de Vie et montre qu'une telle recherche valoriserait le meilleur du christianisme et la crédibilité de l'Eglise.

La même anéne, "Communiquer l'Essentiel" dans ETUDES reprend l'idée que la fermentation suggérée par l'Evangile doit être recherchée et développée pour elle-même sans la figer en constructions mentales nées du vieil homme. La loi que Jésus a dénoncée lorsqu'elle entravait le développement de l'homme n'est-ce pas l'outre toujours trop vieille pour le vin nouveau, n'est-ce pas une doctrine qui se veut LA réponse définitive alors qu'elle devrait être question ouverte à une recherche sans fin.

En 1976 dans ESPRIT : "Brouillard sur l'infaillibilité" Olivier Rabut développe l'idée qui lui est chère : les certitudes spirituelles du christianisme sont réelles, les certitude doctrinales sont improbables.


Manuscrits non édités


" Passion pour le problème religieux - récit d'une vie " : 0livier Rabut n'est pas seulement une pensée, il est un homme façonné et malmené par les événements. Ces pages éclairent sa passion pour la vérité.

" Physique quantique et problème de Dieu " : 0livier Rabut a travaillé cet ouvrage de nombreuses années, l'enrichissant des apports d'une correspondance suivie avec des scientifiques et des théologiens. Il met en parallèle les avancées de la physique et un approfondissement de certaines intuitions philosophiques et métaphysiques, ainsi : La physique quantique entraîne un beau renouvellement de nos perspectives. Je ne crois absolument pas que le réel soit aboli. Tout au contraire nous gagnons à nous y intéresser plus qu'à nos propres sensations, idées et initiatives... le pré nous apparaît vert, cela dépend de notre œil, mais c'est bien le pré que nous voyons. 0livier Rabut constate que la recherche dans la ligne d'Einstein et de Louis de Broglie ou même celle de Copenhague, qui pousse plus loin la révision de l'idée de matière, ne prouve pas une source de sens. Il indique que les certitudes sont rares et qu'il y a urgence d'assouplir nos schémas, voire nos postulats, mais il affirme parallèlement que tout homme est appelé à entrer dans un mouvement d'ampleur cosmique : Tout humain sent confusément qu'il peut à la fois se construire et exprimer la puissance du monde ... c'est pourquoi chacun désire s'accomplir, améliorer sa vie, être davantage, sortir de soi, accueillir les forces constructives et en faire de la vie humaine... mais celui qui a un souci ombrageux de la Vérité doit reconnaître qu'il ne sait pas quelle Origine le féconde.. l'incertitude spéculative est supportable... qu'il y ait ou non une source de sens, l'univers se présente comme un gigantesque banc d'essais... Je suis membre de l'univers. Tout ce qui va vers plus de sens est ma patrie. 0livier Rabut conclut : Les risques d'une vie humaine sont terribles. Bien naïf celui qui n'a pas vu la présence des abîmes ou croit bénéficier contre eux de garanties décisives. Mais il faut choisir et dire comme Platon «Le risque est beau» : le risque impliqué par notre appartenance à l'Univers. Dans ce manuscrit, l'auteur réaffirme, à partir des plus récentes découvertes scientifiques, ce qui est la trame de l'ensemble de son oeuvre : une ferme déclaration d'incertitude envers toute explication de l'Origine et de l'Ultime et ceci par respect de la Vérité, la Vérité qui, pour 0livier Rabut a un caractère absolu et l'a conduit à des ruptures radicales.

"L'inconscient dans le dogme" : Ce dernier ouvrage a mobilisé les dernières forces de l'auteur : L'extrême qualité d'une vie qui se conforme à l'idéal évangélique montre que l'évangile est Vérité... mais cela n'implique pas que le credo soit conceptuellement vrai ... les dogmes ne manifestent pas la Vérité métaphysique, mais les exigences d'une force psychique installée au cœur du groupe chrétien. Dans l'ouvrage précédent, le problème de Dieu est posé face à l'évolution de la physique, ici l'auteur désire montrer que l'élaboration de la doctrine s'est réalisée sous la poussée d'un besoin collectif de certitudes : le problème de Dieu et surtout celui de la doctrine est ici posé face à l'évolution des sciences humaines.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quelques Nouvelles - dans la bibliothèque de l'EUfr
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche