Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 18:43

par Richard A. Kellaway, pasteur, First Unitarian Church, New Bedford, Massachusetts


Toute vie religieuse est tout d'abord une expérience vécue, et les symboles religieux sont une tentative d'exprimer cette expérience. Depuis les origines de l'humanité, on a créé des dieux afin de personnifier les sommets et les profondeurs, les joies et les désastres de la vie humaine. Les caractéristiques attribuées à un dieu en disent habituellement plus long sur celui qui y croit que sur la divinité elle-même. Lorsque nous étudions le contraste entre la théologie de Jean Calvin et celle de Ralph Waldo Emerson, nous en apprenons davantage au sujet de ces deux auteurs que sur la nature de Dieu. Les individus et les religions ont, depuis ses origines, étendu et formulé le sens du mot "Dieu". Et pourtant, j'estime que ce mot n'est pas facile à employer.


Lorsque j'entends parler et lorsque je parle de Dieu, cela évoque un bon nombre d'images effrayantes et ridicules ayant peuplé mon enfance et je soupçonne qu'elles ont peuplé celle de plusieurs de mes interlocuteurs. Ce mot crée plus de confusion qu'il m'apporte d'éclaircissements. S'agit-il du Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ou du dieu du processus cosmique? S'agit-il d'un bon dieu luttant contre le mal au sein de la création ou d'un dieu englobant tout le réel, la création tout comme la destruction ?


Lorsque je tente d'exprimer ce que j'ai vécu au cours de moments décisifs de mon existence, j'ai le sentiment d'être proche de ce que d'autres appellent Dieu. À la suite de la lutte ardue que nécessite l'acceptation joyeuse et divertissante du moi qui se dissimule derrière mes masques, il y a des moments où je puis sortir de ma réserve afin d'établir des liens avec autrui. Tout à coup, j'ai le sentiment de l'unité qui existe entre moi-même, la nature et l'humanité. J'ai le vif sentiment que la même énergie se retrouve en moi-même tout comme dans les astres, dans les intempéries et chez les oiseaux de mer. Au cours de tous ces moments je ressens qu'il y a, au coeur même du réel, une vitalité qui englobe tout. Je fais partie d'un processus gigantesque, tantôt merveilleux, souvent dévastateur. Alors même qu'à la longue il détruira mon identité personnelle, j'ai le sentiment que rien n'est définitivement perdu, que toute action est liée, de façon inextricable, au vaste enchaînement de l'être. Quel qu'il soit, ce que nous appelons Dieu existe en moi, pour le meilleur ou pour le pire. J'ai la liberté de choisir, mais je suis toujours responsable.


La religion, lorsqu'elle fige l'expérience par l'exercice de l'autorité, afin de dissimuler des décisions humaines sous le voile de sanctions divines, cause le plus grand tort à l'humanité. Trop souvent, noms et croyances se substituent à l'expérience et aux élans sincères. La réalité que nous avons personnifiée sous la forme de dieux n'existe pas sur des maîtres-autels et dans des textes anciens. Elle est l'éternelle immobilité sous-jacente au changement et à l'énergie créatrice du processus cosmique. Puissions-nous aller au-delà du langage afin de vivre cette réalité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche