Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 19:06

suite des pages précédentes.


Sous le nom de christianisme libéral, nous entendons une religion ayant pour but unique le perfectionnement spirituel de l'Homme et de l'Humanité. Sous le nom d'Eglise libérale, nous entendons une association volontaire d'hommes qui s'appliquent ensemble à la poursuite d'un idéal moral supérieur à la stricte justice. Cet idéal, - qui suppose la soumission constante et sans réserve à une autorité unique, celle de la conscience, - peut se définir: dévouement absolu au bien absolu. Le culte du bien, qui est l'essence de cette religion, s'exprime principalement par l'amour de Dieu et l'amour des hommes.


L'amour de Dieu est la subordination volontaire de nos actes, de nos pensées et de nos intentions à cette puissance supérieure que tous les hommes sentent plus : ou moins confusément sous le nom de Dieu, et qui apparaît aux uns comme cause première, aux autres comme substance absolue, à ceux-ci comme loi immuable, à ceux-là comme volonté libre. De quelque façon que chacun définisse en théorie la notion de Dieu, dans la pratique tous reconnaissent que l'amour de Dieu consiste à mettre toujours au-dessus de nos intérêts et de nos personnes l'obéissance à l'ordre universel. Aussi, quelque système qu'on adopte sur la nature de Dieu et au milieu même des plus graves erreurs théoriques, celui-là aime Dieu de tout son cœur, qui est profondément pénétré de l'idée et du sentiment du devoir. La loi du devoir, gravée dans la conscience morale, est de toutes les révélations de Dieu la seule qui soit commune à tous les hommes, universellement reconnue, sinon suivie, claire et certaine pour tous et pour tous obligatoire: c'est aussi la seule forme de la foi en Dieu qui puisse servir de lien à des hommes d'opinion diverse, sans leur rien faire abdiquer de leur liberté et de leur dignité individuelles.


L'amour des hommes est la subordination volontaire de nos propres intérêts à ceux de l'humanité. Aimer son prochain comme soi-même, c'est s'imposer non seulement la répression de l'égoïsme, mais le dévouement, l'abnégation et le sacrifice pour travailler au bien de nos semblables.


Quelque opinion qu'ils professent sur l'origine, la nature et la destinée de l'espèce humaine, tous les hommes désireux de concourir au progrès individuel et collectif de la société peuvent entrer, s'ils le veulent, dans une association tendant à établir le règne de la fraternité et de la solidarité humaines. Il suffit, pour cela, qu'ils combattent résolument tout ce qui réduirait leur activité, soit à la satisfaction de leurs besoins terrestres, soit à la recherche égoïste de leur salut personnel dans un autre monde.
 

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ferdinand Buisson et ses amis - dans le manifeste de 1869 pour une Eglise libérale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche