Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:33

Régis (près du Mans) - Pour ce 1er novembre, jour de la Toussaint, qui est une fête catholique, en passe de devenir une fête laïque et, du moins je l'espère, une fête unitarienne, j'étais avec ma compagne et l'une de ses filles à la messe de la cathédrale du Mans. Plutôt qu'aller au Temple réformé que nous fréquentons habituellement, mais qui ne fête pas la Toussaint, ma compagne avait préféré proposer à sa fille, qui vit actuellement chez nous en raison des difficultés importantes qu'elle traverse actuellement, de participer à cette messe pour fêter ce jour où l'on célèbre les liens entre vivants et défunts et le faire de manière festive grâce aux chants de la maîtrise de la cathédrale (au sein de laquelle ma compagne a chanté plusieurs années).

C'est l'évangile des Béatitudes qui nous a été lu et, dans sa prédication, l'évêque, récemment nommé et choisi par Benoît XVI pour ses positions assez traditionnalistes, a su dire des choses belles et simples : la sainteté n'est pas la perfection, mais elle est la sainteté de Dieu, c'est à dire l'Amour qui est au fond de chacun de nous et que nous avons la liberté de laisser se déployer en nous (c'est somme toute ce que nous dit Thierry de son côté ! ). Et, même s'il a brièvement évoqué la notion désuète du Purgatoire, il a assuré que se retrouveraient auprès de Dieu tous ceux qui ont vécu l'amour proposé par le Christ, même s'ils ne sont pas chrétiens.

Pendant cette messe, j'étais donc en pensée avec mes amis unitariens et, en particulier, celles et ceux qui ont perdu récemment des proches, que ce soit en France ou chez nos frères et soeurs Pygmées de l'Eglise unitarienne "Lisanga ya Banfimi na Nzambe" de la République Démocratique du Congo (lien). J'étais aussi en union avec les défunts de ma famille et notamment avec mon père décédé à près de 86 ans en 2001 et que j'ai eu la chance de rencontrer en rêve il y a quelques nuits. Mais je ne prie jamais avec mes proches qui ont quitté cette Terre sans les unir simultanément avec ceux qui y vivent encore (lien)


Paul (Nantes) -
Comme beaucoup d'entre nous j'ai pensé à Séverine et à sa grand mère lors du culte de ce dimanche. Je leur ai dédié ce culte, encore sous les réflexions et les émotions que son témoignage a suscités. Alors j'ai lu les différentes versions du baptême de Jésus dans nos évangiles canoniques avec toujours une petite préférence pour le style direct de Marc (chapitre 1 versets 9 - 11).


"Et c’est en ces jours : Iéshoua’ vient de Nasèrèt en Galil. Il est immergé par Iohanân dans le Iardèn. Vite, en remontant de l’eau, il voit : les ciels se déchirent ; oui, le souffle essentiel descend sur lui comme une palombe. Et une voix des ciels : " C’est toi, mon fils aimé ; en toi j’ai mon gré".


Je porte depuis peu la médaille des Frères polonais et j'en suis vraiment heureux. Le texte en hébreu qui la compose en partie m'amène sans y avoir pensé avant à la plus belle prière que je connaisse : "Shma Israel , Ado Nai elo enou, Ado Nai ehad' " (traduction André Chouraqui, Desclée de Brower, 1989).

J'ai terminé par la prière du mois. Ensuite j'ai accompagné une amie parisienne à l'Eglise réformée évangélique libre de Paris, dans le 14ème arrondissement, pour le culte. Je me suis pris à rêver que dans un avenir proche les unitariens se réunissent également ainsi. Je crois que nous sommes sur la bonne voie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans notre culte mensuel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche