Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 20:08

 suite des articles précédents


Autre conséquence de la Réforme : les protestants vont préférer le sapin de Noël à la crèche ! Iconoclastes, ceux-ci pensent que les représentations humaines peuvent conduire à une idolâtrie de Jésus ; seule la croix est représentée dans les temples (et là aussi sans le corps du supplicié, par opposition aux crucifix catholiques).


Or la crèche date du VIème siècle, lorsque l’anniversaire de la naissance de Jésus fut officiellement fixée au 25 décembre. Noël remplacera progressivement les Saturnales romaines  (17-24 décembre) et la fête de la naissance de Mithra célébrée le 25 décembre avec le sacrifice d’un boeuf. La première messe de Noël fut célébrée sous Constantin en 336 en l'église Sainte Marie de l'Incarnation de Jésus, aujourd'hui Sainte Marie Majeure à Rome. Elle se fait ad praesepe, c’est à dire autour d’une crèche car les reliques principales de cette basilique sont les langes de l'enfant Jésus et des planches de la crèche (sic !). Le mot mangeoire où fut mis le nouveau né Lc 2, 7 * se dit cripia en latin d’où vient le mot de crèche.
* « et elle enfanta son fils premier-né, et elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la chambre d’hôtes » (Lc 2, 7).


Y avait-il dès cette date la représentation de l’âne et du bœuf ? l’âne, ayant transporté Marie enceinte et le bœuf qui, selon la tradition, aurait réchauffé le nouveau né de son souffle. On sait que ces animaux apparaissent dans un apocryphe chrétien datant environ de 550 à 570 : Livre de la naissance de la bienheureuse Vierge Marie et de l’enfance du Sauveur, connu sous le nom de l'Évangile du Pseudo-Matthieu. Le même livre relate ensuite des miracles que Jésus opéra durant sa fuite en Egypte (d’où le nom de Pseudo-Matthieu car Matthieu seul relate ce séjour en Egypte Mt. 2, 13-15).


Mais ce n'est probablement qu'à partir du XIIe siècle que l'on célèbrera la fête de l'Épiphanie avec l'adoration de l'enfant Jésus par les trois Mages, Gaspar, Melchior et Balthazar. Les initiales de leurs noms sont celles de la formule chrétienne de bénédiction des habitations : "Christus Mansionem Benedicat", que le Christ bénisse la maison. En Espagne, les cadeaux aux enfants sont encore donnés le jour de l’Epiphanie, le premier dimanche du mois de janvier.


C'est François d'Assise qui a créé en 1223 l’une des premières crèches vivantes en utilisant des personnages réels, à Greccio, en Italie, dans une grotte de la région où les frères mineurs avaient établi un ermitage (toujours existant), avec la coopération du Seigneur du village. Les personnages (Joseph, la Vierge Marie, les mages, les bergers, les paysans) étaient joués par les gens du village. Les animaux (l’âne, le bœuf et les moutons) aussi étaient réels. Plus tard, on plaça parfois un véritable enfant dans la mangeoire. Petit à petit, la coutume s'est répandue, sous l'influence des prédicateurs franciscains, surtout en Provence et en Italie.

Greccio_2.jpggreccio

 

Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons font leur apparition dans les églises au XVIe siècle. Ce sont les Jésuites qui les ont introduites pour la première fois en modèle réduit et qui les ont diffusées dans le monde entier. Interdites à la Révolution, les crèches jouées sont miniaturisées en plâtre ou en bois et deviennent domestiques. Seule la Provence, conserve, intacte la tradition, en y ajoutant au cours du 19e siècle, les santons (du latin santorum, petit saint) qui évoquent la simplicité franciscaine de la scène.


En tout cas, les enfants continuent à avoir leurs doses de friandises : après avoir reçu les cadeaux que les parents donnent aux gnomes ou aux mal-morts pour les amadouer (et les renvoyer loin des habitations), après avoir reçu les cadeaux apportés cette fois-ci  par saint Nicolas le 6 décembre, voilà maintenant les cadeaux donnés à l’occasion de la naissance de Jésus cette fois-ci à Noël. Finalement, ce n'est qu'après ces relais que la naissance du Petit Jésus fut le prétexte pour donner des cadeaux aux enfants !

 

En Espagne, ce sont les « rois » mages qui, à l’Epiphanie le premier dimanche du mois de janvier, leur apportent les cadeaux en souvenir de ceux que les mages venues d’Orient apportèrent à Jésus nouveau-né : "Ayant ouvert leurs cassettes, ils lui offrirent en offrande de l'or et de l'encens et de la myrrhe" Mt 2, 11. A noter que, de leurs côtés, les enfants juifs, lors de la fête de Hannouka, elle aussi courant de décembre, reçoivent également des friandises ! 

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche