Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 06:25

La Perse est une petite province dans le sud de l’Iran, vaste plaine entourée de montagnes, à près de 2000m d’altitude En 555 av. J.-C., Cyrus, roi des Perses, se révolte contre son suzerain Astyage, roi des Mèdes et en 549 écrase les Mèdes à la bataille de Pasargades (sa ville natale). Il devient alors roi des Mèdes et des Perses, puis il conquiert Babylone en 539, rendant aux cités les idoles emmenées à Babylone, puis proclame en 538  un édit qui permet aux anciens captifs de regagner leurs pays d’origine – pour les Juifs, ce sera le retour d’exil. Il règne près d’une trentaine d’années et rassemble autour de la Perse un empire considérable, qui s'étend de l’Egypte à la Mer Caspienne et de la Mer Egée à l’Asie centrale.

 

empire perse

 

Il inaugure une politique de conquêtes entièrement nouvelle : au lieu de brûler la ville conquise et d’en massacrer, d’en vendre en esclavage ou d’en exiler ses habitants, il laisse ceux-ci dans leurs maisons et les soumet à un impôt raisonnable. C’est le système du Tribut, qui est versé solennellement chaque année lors des fêtes de Now Rûz (ou Norouz, le Nouvel An solaire qui est fêté le 21 mars, au début du printemps), et qui est illustré longuement sur les bas-reliefs de Persépolis, lequel palais est construit par l’un de ses successeur, Darius I qui régna 529-522 (le palais de Cyrus avait été édifié à Pasargades et son tombeau s’y trouve). L’empire est aussi nommé Achéménide, car Cyrus était descendant d’un souverain local nommé Achéménès.

 

persepolis.jpg

Persépolis

 

Shab-e-Yalda est une fête iranienne païenne qui marque à la fois la plus longue nuit de l'année et le début de l'hiver. Le Yalda est l’un des 4 jalons du calendrier solaire iranien. Il s’agit en fait de la célébration du solstice d’hiver, le 21 décembre. Yalda est une expression syriaque signifiant "naissance". Elle célèbre précisément la naissance de Mithra, le dieu du soleil. Les journées s'allongent de plus en plus et la clarté du jour l'emporte sur l'obscurité de la nuit **. Signe de cette lumière, on décore un sapin de la région – ces sapins sont dits « aryens » * –en y mettant à son faîte une étoile. Puis on savoure le "shab-tchéré" ainsi que des fruits dont le centre est rouge notamment grenades et pastèques, car le rouge représente le feu, symbole du soleil. Un tel sapin fut gravé sur les murailles de Persépolis construit il y a plus de 25 siècles et dont les archéologues ont dégagé les ruines. Cette couleur rouge s’allie au vert du sapin pour donner le drapeau iranien, rouge, blanc, vert.


yalda_1.jpg

Yalda_2.jpg
De nos jours, la fête est source de fierté nationale pour tous les Iraniens … et aussi de résistance au clergé chiite pour qui c’est une fête « païenne », non musulmane !


* Vers 1400 av. J.-C., un groupe d’Aryens (de langue « Indo-européenne ») parmi lesquels figure la branche médo-perse aurait pénétré au nord-est de l’Iran et pour se diriger progressivement vers l’ouest. Ces tribus vont passer du nomadisme au semi-nomadisme, et certaines vont se sédentariser. Parmi ces Aryens, les Mèdes sont les premiers qui s’affirment historiquement parlant au Moyen-Orient. La première mention historique à leur sujet se trouve gravée sur une tablette assyrienne datant de 843 av. J.-C. et évoquant un pays du nom de "Pârsua" situé dans la partie orientale du Kurdistan actuel. Ces Mèdes viennent de l’Ouzbékistan actuel. Après avoir séjourné près du lac Oroumîeh, les uns à l’est, qu’ils appelèrent Amadaï, et les autres à Pârsouma qui se trouvait à l’ouest, ils arrivèrent et s’installèrent dans la région à l’époque peu peuplée de ce qui deviendra Ecbatane ("carrefour des chemins" qui est l’actuelle Hamedân). Ils y cultivèrent la terre tout en restant éleveurs.


* L’Eglise chrétienne choisira le solstice d’hiver comme date de naissance de Jésus pour la même raison, car Jésus – comme Sauveur -  apporte la Lumière en ce monde. La date chrétienne est décalée de quelques jours, portée au 25 décembre, afin de correspondre au 4 semaines de l’Avent, et peut-être aussi afin de ne pas être confondue avec le calendrier des fêtes mithradiques. En contrepoint, le solstice d’été est la fête de la Saint-Jean avec Jean-Baptiste précurseur de Jésus et (dans la version chrétienne) l’annonçant comme Messie. Il y avait, à cette époque, concurrence religieuse autour des solstices car le dieu Dionysos (originaire d’Asie mineure) et ses adeptes occupaient le solstice d’hiver, alors qu’Apollos, le dieu du soleil, régnait au zénith lors du solstice d’été …


Le sapin, conservant sa ramure verte même en hiver, symbolise la vie pérenne. Il n’est donc pas surprenant qu’on le retrouve en divers contrées, notamment dans les pays germaniques d’Europe du Nord. Les cultes « païens » le célébraient lors du solstice d’hiver. Ce brave sapin a accueilli l’introduction de la fête de Saint-Nicolas … puis celle du bonhomme Noël ! Depuis, les familles chrétiennes du monde entier, sauf les puristes qui – comme les chiites d’Iran – nous rappellent qu’il s’agit d’une fête païenne comme si on ne le savait pas depuis qu’ils le répètent ! -   l’ont adopté et (parfois / souvent) y placent la crèche à son ombre pour la plus grande joie de leurs enfants … lesquels attendent (sagement) qu’on y dépose aussi à ses pieds les cadeaux attendus !


Nous remercions Farihe Parsi, baha’i française de Bordeaux de famille persane, d’avoir attiré notre attention sur l’existence de ce sapin « aryen » car il précède de beaucoup le sapin des chrétiens !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche