Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 12:44

suite de l'article de Jean-Claude Barbier (Correspondance française, n° 99, janvier 2010).

La première présidente [de l'Association unitarienne française] en fut Mme Lucienne Kirk qui, après avoir suivi l’enseignement du Manchester College à Oxford, venait de soutenir un mémoire à la Faculté libre de théologie protestante de Montpellier, sous la direction du professeur André Gounelle, sur le théologien américain chrétien que fut James Luther Adams (1901-1994) (lien). Elle fut ordonnée ministre du culte en décembre 1986, à l’Eglise unitarienne de Kolozsvar (Cluj-Napoca), en Transylvanie. Elle desservit une paroisse de l’Eglise réformée de France (ERF) dans les Cévennes. A son retour aux Etats-Unis, en 1990, elle s’investit au sein de l’Unitarian Universalist Christian Fellowship (UUCF), une association nationale lancée en 1938 pour défendre et maintenir la version chrétienne de l’unitarisme américain (lien
) qui était alors menacée par une vague humaniste (voir le Manifeste humaniste de 1933).

Le savant naturaliste Théodore Monod (1902-2000) apporta son parrainage à cette nouvelle association. Il était protestant libéral, membre de l’Eglise réformée (ERF) de l’Oratoire du Louvre, et il aimait se dire "chrétien pré-nicéen", c’est-à-dire d’avant le premier concile qui, en 325, entérina le dogme trinitaire.

La cheville ouvrière de l’unitarisme français fut Albert Blanchard-Gaillard, enseignant en histoire à Marseille, franc-maçon chrétien. Il fut secrétaire général de l’AUF à sa fondation, puis président en 1990 lors du départ de Lucienne Kirk. Alors que les premiers statuts de l’AUF prévoyaient une association seulement majoritairement chrétienne, il fit inscrire dans les statuts, en 1992, la référence à Dieu et à l’enseignement et à la personne de Jésus. Puis, lorsqu’une majorité circonstancielle, lors de l’assemblée générale de 1996, voulut abandonner cette référence explicitement chrétienne pour en rester à une référence plus large à Dieu seul, il fonda avec les autres cofondateurs de l’AUF et toujours avec le patronage de Théodore Monod, une nouvelle association, cette fois ci statutairement chrétienne, l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Il est toujours président d’honneur de cette association. Voir sa bibliographie (lien
).

Contrairement à l’unitarisme-universalisme américain, puis européen (par exemple en Grande-Bretagne à partir des années 1950), l’unitarisme français, par sa composante chrétienne, affirme sa pleine et totale légitimité dans la sphère du christianisme libéral. Par l’AFCU, il est en compagnonnage avec les protestants libéraux (l’association et la revue Evangile et Liberté, les Unions protestantes libérales de Strasbourg et de Genève, l’association et revue Théolib) et avec la mouvance catholique libérale émergente depuis la fin du XX° siècle (les communautés chrétiennes de base CCB, les Amis de Marcel Légaut, la Fédération des réseaux des parvis, l’association et revue Libre pensée chrétienne basée à Bruxelles, etc.). Depuis 2002, les chrétiens unitariens français sont en contact avec cette mouvance catholique libérale et, en mai 2006, l’AFCU fut accepté comme membre par la Fédération des réseaux des parvis (lien).

Au niveau européen, les chrétiens unitariens français sont en contact avec l’European Liberal Protestant Network (ELPN), un réseau de l’IARF, où l’on retrouve, en plus des protestants libéraux (dont les Remonstrants aux Pays-Bas et les Non-Subscribing irlandais), nos Eglises historiques de Transylvanie et de Hongrie et la General Assembly of Unitarians and Free Christian Churches (lien).

C’est précisément ce rôle des Eglises ou associations chrétiennes unitariennes, qui existent dans plusieurs pays européens (Grande-Bretagne, France, Italie, Norvège) et africains, de maintenir cette présence unitarienne pour un christianisme non dogmatique et libéral, qui a été réaffirmée lors de la rencontre d’Avignon en août 2007 par un manifeste, lequel a été traduit en plusieurs langues (lien
).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche