Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 11:01
Communiqué de l’auteur, reçu le lundi 4 janvier 09 par la Correspondance unitarienne et présentant son site : «Jésus avant la christologie»

Vous trouverez la présentation et les textes complets de cinq ouvrages téléchargeables gratuitement sur Jésus de Nazareth, publiés par les Éditions Carte blanche à Montréal. Ces livres, basés sur les études historico-critiques libérales de la Bible, entendent le faire connaître dans sa réalité historique d'homme et de croyant. S’il y est largement question de son éthique radicale de la solidarité et de la liberté, ils mettent en valeur ses caractéristiques essentielles, méconnues même chez les chrétiens: son identité d’être humain et sa foi juive unitaire et immédiate au-delà de la christologie du Deuxième/Nouveau Testament et de la doctrine du christ Dieu élaborée et enseignée par les Églises. Un tel site pourrait intéresser les membres de votre fraternité.

Jésus, l'homme avant l'Église, 1998
Jésus, maître spirituel, 2000
La spiritualité de Jésus perdue et retrouvée, 2002
Méditer comme Jésus, 2004
Jésus et l’au-delà, 2007
Identité de Jésus et dialogue religieux, à paraître en 2010

Lu sur ce site :

gertrude_giroux_jesus_maitre-spiituel.jpgCe site présente les ouvrages de Gertrude Giroux sur Jésus de Nazareth, basés sur les études historico-critiques de la Bible, qui entendent le faire connaître dans sa réalité historique d’homme et de croyant. Si elle explore largement son éthique radicale de la solidarité et de la liberté, d’ailleurs bien connue même si peu pratiquée, elle s’attarde surtout à mettre en valeur ses caractéristiques essentielles, méconnues même chez les chrétiens: son identité d’être humain et sa foi juive unitaire et immédiate au-delà de la christologie du Deuxième/Nouveau Testament et de la doctrine du christ Dieu élaborée et enseignée par les Églises.

Jésus ne se reconnaîtrait pas lui-même dans cette christologie et cette doctrine qui ne viennent pas de lui. Si on pouvait lui demander: «Qui êtes-vous? Un être humain ou Dieu incarné? Êtes-vous de foi juive au Dieu unipersonnel ou de croyance chrétienne à la Trinité? Vous présentez-vous comme médiateur universel entre les croyants et Dieu?», ses réponses, d’importance capitale pour notre vie spirituelle, surprendraient sans doute plus d’un chrétien tellement elles mettraient en cause les dogmes proclamés par les officiels de sa religion et exprimés au cours des liturgies.

Or, ces questions font aujourd’hui l’objet d’acquis irréversibles des études sur le prophète de Nazareth. De nombreux chercheurs du Jésus de l’histoire ont retrouvé son identité d’être humain et sa foi juive dans les traditions historiques enfouies dans les couches souterraines des évangiles. Ils ont cerné et approfondi sa spiritualité en explorant la théologie du Premier/Ancien Testament, Bible juive qui nourrissait sa vie de relation avec Dieu. Cette source s’avère on ne peut plus riche d’indices qui permettent de le rejoindre dans sa foi, inspirée de celle de ses ancêtres qu’il évangélise et porte à un sommet inégalé.

Malheureusement, peu d’exégètes et de théologiens mettent ces données clairement en lumière pour les rendre accessibles à tout le monde, notamment dans la francophonie, malgré la profusion d’études spécialisées sur le Jésus originel en Europe et en Amérique depuis quatre décades, où il est présenté comme personne humaine de culture religieuse juive. Réhabillant le Galiléen de christologie, ils obnubilent la judéité de ce non-chrétien qui se tenait normalement pour un être humain, croyait au Dieu unipersonnel et témoignait de la relation directe de Dieu avec les croyants. On dirait une sorte de conjuration, ou d’imposition, du silence pour laisser dans l’ombre l’identité et la foi du prophète, sous l’influence des Églises, souvent sous prétexte des limites de la recherche. Il est pourtant indispensable de savoir qui il était en réalité et quel était son rapport à Dieu pour le comprendre.

Une telle conjoncture démontre l’urgence d’informer le plus grand nombre possible d’individus sur les données bibliques et historiques concernant la personne de Jésus et sa spiritualité dans sa fraîcheur originelle, données essentiellement liées à notre vie de relation avec Dieu. D’où cette série d’ouvrages rédigés par une bibliste qui, habitée par la question de l’identité et de la foi du juif de Nazareth et de sa place dans sa vie spirituelle, a cherché passionnément et à tâtons le chemin du retour aux sources de sa tradition religieuse.

Aujourd’hui retraitée, Gertrude Giroux partage avec les personnes désireuses de connaître le Jésus des origines le fruit de cette longue quête à la fois universitaire et spirituelle, à travers ses livres maintenant lancés dans la mer quasi infinie de l’Internet ...

Pour rejoindre nos contemporains qui, au sein de notre culture moderne favorisant la pensée critique à l’égard des mythes religieux, questionnent la christologie traditionnelle et pressentent que Jésus est l’homme de Dieu, notre concitoyen originaire de notre planète, et non cet autre, le mythique homme-Dieu descendu du ciel… Pour rejoindre qui, en Amérique, en Europe, en Afrique et en Asie, cherche le prophète dans sa réalité d’homme de notre histoire, celui qui témoignait de sa foi unitaire et immédiate et de son Évangile sur les routes de sa Galilée natale avant la naissance de la christologie ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gertrude Giroux - dans la bibliothèque de l'EUfr
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche