Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 18:18

http://img.over-blog.com/191x213/0/50/96/12//Diane-Rollert.jpgpar la révérende Diane Rollert (Eglise unitarienne de Montréal), Canadian Unitarian (L’Unitarien canadien), vol. 49, n° 1, printemps 2008, rubrique " Du haut de la chaire ", traduit en français par Marie-Claire Weber-Lefeuvre *

Ce texte a été publié le lundi 10 mars 2008 sur le site de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) puis transféré ici.


ndlr. Ce sermon, qui évoque la pâque juive et l’islam, met l’accent sur l’exigence avec laquelle nous devons, selon notre tradition unitarienne, interroger nos corpus religieux.

 

Je n’oublierai jamais l’impression que j’eue en célébrant la Pâque juive (Seder) un jour et en desservant la communion pascale le jour suivant. J’étais une étudiante pasteur d’une Eglise unitarienne qui observait les deux traditions. Un bref instant, j’ai imaginé les foudres du ciel tombant sur moi, la manchette des journaux locaux : " Une gentille jeune fille juive unitarienne-universaliste frappée par la foudre après avoir mélangé les boulettes matzo et le pain de communion ".


L’époque peut être un défi pour plusieurs d’entre nous. La pression théologique est trop grande. Mais je pense que je dois faire vivre pleinement la foi que j’ai choisie. Pour moi, cela donne du sens à mes racines chrétiennes.


Quand on me demande si les unitariens croient en Jésus, je réponds que nous honorons son enseignement qui commença par son " Sermon sur la montagne " avec " les Béatitudes ".


Bénis soyez-vous, vous qui êtes pauvres, car le Royaume des Cieux est pour vous.

Bénis soyez-vous, vous qui avez faim et soif ; vous serez rassasiés.

Bénis soyez-vous, vous qui aujourd’hui pleurez. Vous serez remplis de joie.

Bénis soient les Miséricordieux : ils obtiendront le pardon.

Bénis soient les artisans de paix : Dieu les reconnaîtra comme ses enfants.


" Baruch Atah" (" bénis soyez-vous "), cela aurait pu être le commencement de bénédictions traditionnelles que n’importe quel prêtre ou prophète aurait dites lors d’une assemblée.


Toutefois quelle incitation à la révolte de la part de Jésus que de dire que ce sont les pauvres et les affamés qui sont bénis. Ce sont ces paroles-là, avec bien d’autres, qui menèrent Jésus à l’épreuve suprême, à la mort.


Selon ma perspective unitarienne, Jésus aurait pu ajouter une " béatitude " supplémentaire : " Bénis soient ceux qui questionnent ". C’était sa volonté : questionner, sonder sa propre tradition, pour la défier, la mettre en doute afin d’approfondir sa foi. Quand Jésus parlait du Royaume de Dieu, il ne parlait pas d’un lointain futur, mais de la véritable égalité sur terre : cette vision radicale lui venait de sa compréhension de la Torah, et il voulait demander des comptes à l’injustice qu’il constatait ici-bas.


Le printemps dernier, j’ai expérimenté quelque chose qui était d’une façon surprenante en résonance avec l’histoire de Pâques. Je suis allée entendre une journaliste et auteur, Ishrad Manji, qui se définit elle-même comme féministe, lesbienne et fidèle musulmane. Dans son livre " The trouble with Islam to-day " (le problème avec l’islam aujourd’hui), elle écrit une lettre ouverte à ses co-religionnaires dans laquelle elle critique son cher islam d’aujourd’hui.


" Que diriez-vous à une femme musulmane de Vancouver qui voudrait écrire un livre sur l’islam, livre qui pourrait la condamner à mort ? " demande-elle à Salman Rushdie, dont le livre " Les versets sataniques " l’a condamné à vivre caché. Celui-ci lui répondit qu’un livre était plus important que la vie.


Une fois qu’une pensée vous tient, quelque moyen que vous essayiez, rien à faire pour la supprimer, dit Manji à la foule rassemblée.


Le courage n’est pas l’absence de peur mais c’est reconnaître que quelque chose est plus important que la peur. Faire entendre sa voix est plus important. Poser une simple question est plus important. La foi est différente de la religion, dit-elle ; la religion, ce sont les dogmes. C’est étouffant. Mais la foi vous amène à un questionnement. En quoi cela vous lèse-t-il d’être assez courageux pour poser des questions ? pour poser des questions qui renversent l’ordre des choses ?


Depuis des années j’ai rencontré beaucoup d’unitariens qui ont osé remettre en question leurs propres racines religieuses et qui se sont trouvées rejetées par leurs familles ou par leurs communautés. J’ai rencontré des unitariens qui ont gardé pour eux-mêmes leur propre questionnement, comme des flammes à combustion lente sur le point de s’éteindre. Combien se sentirent-ils bénis, ceux qui finalement trouvèrent une communauté religieuse les accueillant à bras ouverts, eux qui cherchaient.


Nous pouvons plaisanter sur le fait que nos symboles ne sont ni l’étoile, ni la croix, ni même le calice. Nous pouvons rire et dire que notre symbole, c’est le questionnement. Toutefois nous pouvons nous réunir le dimanche de Pâques, ou tout autre dimanche, avec le courage de chercher le centre dans chaque chose qui est sans cesse changeante, en constante transformation. Ni la mort, ni la résurrection, mais le courage de questionner ce qui a besoin d’être changé : c’est ceci le message de Pâques que je veux transmettre.


Vous trouverez une sélection des sermons de Diane Rollert sur le site de l’Eglise unitarienne de Montréal


* Marie-Claire Weber-Lefeuvre, protestante libérale et unitarienne, est auteur d'une "Etude des évangiles" parue à l'Harmattan (Paris) en septembre 2006 (voir nos Actualités unitariennes du samedi 3 mars 07, "Une laïque nous parle des évangiles", recension du livre par Jacques Musset). Depuis le début de cette année, elle anime un blog qu'elle consacre à l'étude de l'évangile de Marc (lien)


Note de la traductrice : Les Béatitudes - une partie du " Sermon sur la montagne " chez Mathieu (V, 3-12) - se trouvent aussi chez Luc (VI, 20-26). Voir les différentes traductions qui en ont été faites (lien).


Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans Canada francophone
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche