Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 10:17

Dieu à la place d’un point d’interrogation

"Une religion, qu'est-ce d'autre qu'une doctrine qui explique quelque chose que l'on ne comprend pas (l'existence de l'univers, de la vie, de la pensée ...) par quelque chose que l'on comprend encore moins (Dieu) ?"
Présentation de la philosophie, 2000, Paris : Albin Michel, 217 p.

croyants et incroyants, nous ne sommes séparés que par ce que nous ignorons.

" Au fond, à la lecture des évangiles, ce qui fait la valeur d’une vie humaine, est-ce le fait que la personne en question croit ou pas en Dieu,
qu’elle croit ou pas en une vie après la mort ? S’agissant de ces deux questions, la seule vérité, pour vous comme pour moi, c’est que nous n’en savons rien ! Croyants et incroyants, nous ne sommes séparés que par ce que nous ignorons. Il serait paradoxal d’attacher plus d’importance à ce que nous ignorons, qui peut sembler nous séparer, qu’à ce que nous connaissons très bien, d’expérience, et qui nous rapproche : ce qui fait la valeur d’une vie humaine, ce n’est pas la foi, ce n’est pas l’espérance, c’est la quantité d’amour et de courage dont on est capable. " A-t-on encore besoin d'une religion ?  2003, sous la direction d'Alain Houziaux, avec André Comte-Sponville, Bernard Feillet et Alain Rémond, Paris, Les Editions de l'Atelier, 94 pages.

La religion est-elle nécessaire aux valeurs ?

"Avez-vous besoin de croire en Dieu pour penser que la sincérité vaut mieux que le mensonge, que la générosité vaut mieux que l'égoïsme, que le courage vaut mieux que la lâcheté, que la douceur et la compassion valent mieux que la violence et la cruauté, que l'amour vaut mieux que la haine ?" (idem)


intégrisme et spiritualité

"Le retour à la religion a pris, ces dernières années, une dimension spectaculaire, parfois inquiétante. On pense d’abord aux pays musulmans. Mais tout indique que l’Occident, dans des formes certes différentes, n’est pas à l’abri du phénomène. Retour de la spiritualité ? On ne pourrait que s’en féliciter. Retour de la foi ? Ce ne serait pas un problème. Mais le dogmatisme revient avec, trop souvent, et l’obscurantisme, et l’intégrisme, et le fanatisme parfois. On aurait tort de leur abandonner le terrain. Le combat pour les Lumières continue, il a rarement été aussi urgent, et c’est un combat pour la liberté.

Un combat contre la religion ? Ce serait se tromper d’adversaire. Mais pour la tolérance, pour la laïcité, pour la liberté de croyance et d’in-croyance. L’esprit n’appartient à personne. La liberté non plus.

(…) J’ai horreur de l’obscurantisme, du fanatisme, de la superstition. Je n’aime pas davantage le nihilisme et la veulerie. La spiritualité est une chose trop importante pour qu’on l’abandonne aux fondamentalistes. La tolérance, un bien trop précieux pour qu’on la confonde avec l’indifférence ou la mollesse. Rien ne serait pire que de nous laisser enfermer dans un face à face mortifère entre le fanatisme des uns – quelle que soit la religion dont ils se réclament - et le nihilisme des autres. Mieux vaut les combattre tous, sans les confondre et sans tomber dans leurs travers respectifs. La laïcité est le nom de ce combat. Reste, pour les athées, à inventer la spiritualité qui va avec".
L’esprit de l’athéisme. Introduction à une spiritualité sans Dieu, 2006, Paris, Albin Michel.

Partager cet article

Repost 0
Published by André Comte-Sponville - dans croyants-non croyants
commenter cet article

commentaires

marike 02/07/2008 20:57

un article intéressant pour percevoir un peu de la personnalité de l'auteur, que j'avoue connaître mal. Le courage, selon Cicéron "la vérité qui combat pour l'équité", n'est-il pas, comme l'équité, lié à la foi et à l'espérance ? Les valeurs ne seraient-elles pas nées du religieux, un religieux qui remonte à la nuit des temps ? Il est vrai que rien n'est pur en ce monde, et que la religion amène son cortège de fanatisme et d'obscurantisme. L'idéal pour moi est de coupler religion et Lumières, c'est à dire culture véritable ?

Présentation

  • : Eglise unitarienne francophone
  • Eglise unitarienne francophone
  • : Le courant unitarien est né au XVI° siècle et a été la "benjamine" des Réformes protestantes. Il se caractérise par une approche libérale, non dogmatique, du christianisme en particulier et des religions en général. Les unitariens sont près d'un million dans le monde entier. En pays francophones (en Europe occidentale : la France et ses oays d'Outre-Mer, la Wallonie, la communauté francophone de Bruxelles, la Suisse romane, Monaco et Andorre ; au Canada : le Québec ; et en Afrique noire), il s'e
  • Contact

Recherche